Attention, sujet sensible… Au cours de cette saison folle et concentrée, il a été question un moment de l’agressivité des pilotes sur la piste. Le point d‘orgue de ce débat a été l’accident entre Franco Morbidelli et Johann Zarco, avec les événements qui ont suivi, marqués par l‘émotion de Valentino Rossi, frôlé par les motos réduites à l’état d’épave des deux protagonistes. Le Français a été désigné responsable et a été sanctionné, rejoignant ainsi une longue liste de pilotes ainsi marqués, et dont le plus connu statistiquement des commissaires est un certain Marc Marquez… Mais il y a d’autres actions qui enfreignent les règles de la joute sportive. Elles se passent en coulisse et Chicho Lorenzo, le père de Jorge, a tenu à les rappeler. Comme à identifier celui qui excelle en la matière…

L’agressivité sur la piste est tolérée à condition de ne pas dépasser certaines limites. Lorsque c’est le cas, il y a sanction. De Fenati à Zarco en passant par Corsi, Poggiali et son fils Jorge, Chicho Lorenzo en a fait une liste exhaustive au sommet de laquelle trône un Marc Marquez qui ressort comme le plus puni. Au vu de son palmarès, cela ne l’empêche pas de faire une solide carrière. Au passage, Chicho Lorenzo s’amuse de constater que le pilote Capirossi a coupé en deux Harada pour un titre en 250 en 1998 sans avoir été sanctionné, le même qui occupe aujourd’hui un poste en relation avec la sécurité en MotoGP, en tant que représentant de la direction de course à Dorna …

Mais Chicho Lorenzo ne s’arrête pas aux faits de piste. Il y a d’autres manœuvres qui font mal, et même plus longtemps, car elles minent durablement le moral de l’adversaire. Un art de la guerre qui connaît selon l’Espagnol un maître, en la personne de Valentino Rossi… « Sete Gibernau a été le premier à subir son jeu déloyal sur la piste. Il l’a fait sortir de la piste et a continué à le déranger sur le podium. Avec Biaggi, il en est presque venu aux coups. Rossi a toujours appliqué la même stratégie. A Laguna Seca, il dépasse Casey Stoner dans le « corkscrew » à l’extérieur, puis continue de le déranger jusqu’à ce que Casey perde la tête et se retrouve au sol ».

Un changement depuis le 23 octobre 2011

Il se souvient aussi : « Dani Pedrosa est arrivé en fauteuil roulant après s’être blessé au genou et Rossi est monté sur le podium avec une chaise. Il l’a fait pour se moquer du pilote espagnol. Et il s’en est pris aussi à John Hopkins qui, lors d’une chute, s’est cassé les dents et Rossi s’est moqué de lui. Quand Lorenzo est devenu son plus grand rival, il a essayé toutes sortes de stratégies mais en vain. En faveur de Valentino Rossi, il faut dire qu’à partir du 23 octobre 2011, son attitude a changé, peut-être parce qu’il a compris que c’est un sport où l’on peut perdre la vie ».

Chicho Lorenzo ne le mentionne pas, mais on rappellera qu’à cette date, Vale a vu passer Marco Simoncelli de vie à trépas lors du Grand Prix de Malaisie. Cependant, si le Doctor ne semble effectivement plus intervenir directement, il a toujours un groupe de fans qui s’ingénie à prendre à partie ses adversaires, tant sur la toile qu’en direct, sans jamais de faire reprendre par l’idole. Qui ne dit mot consent ?

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP