Face au coronavirus, Johann Zarco se déclare assez fataliste au micro de RMC Sport. Sans prendre de risques inutiles, il ne se pose pas trop de questions et se contente de suivre ce que dit la Dorna, qu’il juge plus prudente que lui.

Par contre, le pilote français pense que cette entame de championnat plus que perturbée pourrait être une opportunité à saisir, en s’appuyant pour cela sur une certaine logique qu’il explique.

Johann Zarco : « Mon rythme est particulier. J’ai manqué trois courses l’an dernier. J’étais sur une KTM. J’ai ensuite découvert une Honda pour seulement trois Grands Prix. Puis, de nouveau une pause de deux mois, qui correspond à la trêve hivernale, et la découverte de ma nouvelle moto cette année, la Ducati, que j’ai pu tester pendant six jours. Et encore une fois, une pause d’un mois et demi s’impose avant le premier Grand Prix de la saison aux États-Unis en raison de l’épidémie de coronavirus.

J’ai l’habitude de ce rythme singulier, j’espère que ça tournera à mon avantage. C’est vrai que j’étais heureux de mes tests. J’avais envie de débuter au Qatar. Mais bon, depuis l’an dernier c’est presque mon quotidien d’avoir de longues pauses et de devoir me mettre au diapason une fois monté sur la moto. C’est vrai que les pilotes sont chamboulés avec cette annulation et ce report. Mais j’ai l’habitude d’être chamboulé ».

Au vu de cet avantage potentiel, quel est l’objectif du Cannois pour la première course de la saison espérée au Texas ?

« Austin est une piste difficile, physiquement notamment. Mais l’objectif sera de finir dans les dix premiers. La moto, je pense, a la capacité d’aller sur le podium. A moi de prendre le rythme des meilleurs pilotes. J’avais de bonnes sensations pendant les essais. Je souhaite faire mieux que les autres. Tout le monde s’arrête en plein élan avec cette préparation perturbée, et moi, je suis plus habitué qu’eux à cela. En espérant que cela me servira. »



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing