Le Grand Prix du Qatar a été annulé pour cause de coronavirus, la Thaïlande a été reportée, Austin, qui doit lancer la saison, est en sursis. Mais techniquement, il n’y a pas de quarantaine en MotoGP. Car les moteurs n’ont pas été scellés, si bien que le développement peut se poursuivre. Une situation inédite qui est aussi une opportunité pour les constructeurs. Ainsi, du 18 au 20 mars, il y aura des tests à Jerez, mais ailleurs aussi… Explication.

La saison ne peut pas commencer et on ne sait même plus comment elle va se dérouler mais ce qui est certain, c’est que dans les ateliers, le travail ne s’arrête jamais. On apprend ainsi que KTM a loué le circuit Jerez–Ángel Nieto pour participer aux essais privés MotoGP les 18 et 20 mars. Et d’autres marques viendront à ce test. Honda, Suzuki et Aprilia seront ainsi de la partie. Le but : travailler sur les moteurs et plus si affinités…

Cela étant dit, KTM et Aprilia pourront aligner leurs pilotes titulaires en plus de leurs pilotes d’essai, et le team satellite au complet y compris. Ce ne sera pas le cas de Suzuki et de Honda qui ne bénéficient pas des largesses des « points de concession » du règlement, destinés à ceux qui n’ont pas encore fait leur palmarès en MotoGP. La firme de Tokyo alignera donc Stefan Bradl et celle d’Hamamatsu, Sylvain Guintoli.

Et les autres ? Ils ne resteront pas les bras croisés. Yamaha sera au Motegi avec Jorge Lorenzo et Katsuyuki Nakasuga.  Ducati testera avec son pilote d’essai, Michelle Pirro sur l’un des circuits sélectionnés par les Italiens pour effectuer des tests au cours de 2020. Il s’agit de Valence, du Mugello ou de Misano . Il faudra attendre la seconde quinzaine de mars pour savoir où ils iront travailler…

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team