Si Tiger Woods a besoin d’un coach pour améliorer son swing, il va de soi que même un pilote courant en Championnat du Monde Moto3, Moto2 ou MotoGP a besoin d’un coach. Il est révolu le temps où les pilotes évitaient le coaching : maintenant ils l’adoptent. Dans les paddocks, comme dans tous les domaines de la vie, suivre les coachs est un facteur de vie. Quand un pilote fait un changement, il force les autres à faire de même.

Lorsque les pilotes du Championnat du Monde sont arrivés au point de diminuer les rendements en termes d’entraînement physique pur, leur objectif s’est tourné vers plus de temps à vélo, avec un entraînement en Flat-Track ou en Supermotard prenant une importance supplémentaire. Maintenant, c’est le coaching qui occupe le devant de la scène.

À la base, la course de motos est une compétition où les constructeurs, les équipes et les pilotes plongent de plus en plus dans les détails à la recherche d’un avantage. Un des sujets de ces dernières années est le coaching des pilotes, où les pilotes et maintenant les équipes utilisant des entraîneurs / observateurs / analystes pour les aider à identifier leurs points forts et leurs points faibles.

Les observateurs et les coachs de pilotes existent depuis un certain temps. Wilco Zeelenberg a commencé à travailler avec Jorge Lorenzo chez Yamaha en 2010, avant de devenir Team Manager de Petronas SRT. Jonathan Rea a travaillé avec Keith Amor en World SBK, Amor filmant également Rea pour l’aider à perfectionner sa technique. Valentino Rossi a commencé à travailler avec l’ancien champion du monde 250cc Luca Cadalora jusqu’en 2019, qui est désormais remplacé par Idalio Gavira. Rossi a employé un coach pour la VR46 Riders Academy, le vivier de jeunes coureurs italiens que Rossi a pris sous son aile.

L’actuel pilote Aprilia, Bradley Smith a également été un adepte relativement précoce. L’Anglais a travaillé avec l’ancienne légende du 500cc Randy Mamola depuis son entrée en MotoGP, et ne tarit pas d’éloges sur l’idée. « J’ai eu Randy et je vois cela comme une aide énorme simplement pour avoir les yeux en dehors de la piste », a déclaré Smith.

Mais alors pourquoi autant de pilotes ont désormais des coachs ? La réponse réside dans ce que font les coachs et les analystes de piste. Leur rôle n’est pas tout à fait ce que de nombreux fans pensent. Un analyste de piste ou un coach de pilote n’est pas seulement là pour fournir des conseils sur la façon dont il peut améliorer son pilotage. Ils servent avant tout à fournir des informations sur la façon de faire d’un pilote un meilleur pilote et d’améliorer sa compétitivité.

Comment font-ils cela ? L’un des rôles les plus importants d’un coach n’est pas tant de dire à un pilote ce qu’il fait de mal ou de bien, mais plutôt ce qu’il fait par rapport à d’autres concurrents. Ils servent souvent de médiateur entre le pilote et le chef d’équipe, aidant à interpréter les commentaires du pilote à travers le prisme de ce qu’ils voient sur la piste. Cela donne aux chefs d’équipe et aux ingénieurs de données plus d’informations avec lesquelles travailler et une meilleure chance d’améliorer la moto.

Homme de méthode

Comment fonctionne un coach ? Avant la session, il échange avec son pilote concernons les endroits où ils ont eu des problèmes l’année d’avant. Si la moto change beaucoup d’année en année, cela peut être un peu plus difficile. Le coach essaie de voir que le pilote est capable de freiner plus facilement, de tourner facilement, alors il change de point d’observation sur le circuit. Et s’il a le temps, il va essayer de faire un tour complet. S’il a besoin de comparer les choses, il reste toujours au même endroit.

Si un pilote utiliser une moto, puis l’autre, avec des réglages différents, le coach ne voit pas le changement s’il se déplace. Il ne peut vraiment le voir que s’il reste au même endroit pour comparer la différence entre les deux.

La comparaison de deux configurations de motos différentes est une première étape importante d’un week-end. Cela est important de savoir quelle configuration est la meilleure, mais également ce que le pilote en dit. Parce que s’il dit, cette moto est la meilleure, et cela correspond à ce que le coach ressent de l’extérieur de la piste, le choix est cohérent ?

Algorithme de correction d’erreur

Le vrai travail du coach commence quand un piloter se plaint de quelque chose de moins important. S’il a tort, le rôle du coach est de le corriger. Chaque pilote essaie de donner le meilleur feedback possible, mais si le coach pense qu’il a tort, alors l’équipe portent plus d’attention sur ce sujet. Parce qu’il a généralement raison, mais parfois un pilote peut avoir une analyse faussée, comme tous les pilotes. ”

La raison en est simple : si le chrono ne satisfait pas le pilote et qu’il poursuit d’autres pilotes, il va toujours de se concentrer sur les points forts de l’autre. Pour certains, c’est le freinage et l’entrée en courbe, ce qui engendre plus de vitesse dans le virage. Mais le pilote va oublier qu’il doit également ressortir vite. Donc, parfois, certains pilotes entrent fort en courbe mais en ratent le point de corde. Mais corriger cela signifie maintenir un équilibre critique, parce que si une moto est facile à entrer en courbe, alors neuf fois sur dix, le pilote sera trop large à la sortie. Trouver le bon équilibre est vraiment difficile.

Ainsi, le rôle des coachs est de comprendre les détails, de faire correspondre leurs observations avec celles des coureurs. Quand on observe un pilote au bord de la piste, on entend par exemple le contrôle de traction fonctionner. Vous l’entendrez entrer en action ou non, vous pouvez voir à quel point il travaille, s’il a trop de contrôle de traction ou trop peu. Bien sûr, il y a l’analyse des données enregistrées en piste pour cela, mais s’il y a un débat à ce sujet, le coach le confirmer ou non. Donc, fondamentalement, un coach agit comme un capteur supplémentaire sur la moto.