Chez Petronas en général, et Franco Morbidelli en particulier, on tombe de haut après ces deux Grands Prix passés au Qatar. Le team et le pilote étaient arrivés à Doha encore pris dans la bonne dynamique de la saison dernière, dont la dernière partie a révélé un Franco Morbidelli nouveau et à présent vice-champion du monde. Même sans la Yamaha de dernière génération, l’expérience de la « A-Spec » avec un chef mécanicien expérimenté comme Ramon Forcada allait faire la différence. Or, c’est le contraire qui s’est produit. Aucune solution n’a été trouvée pour résoudre une énigme dont le résultat a été une 18e place et 12e position après deux Grands Prix successifs au même endroit.

Franco Morbidelli a-t-il d’ores et déjà de quoi s’inquiéter ? Il ne saurait dire lui-même. KO debout, en plein cauchemar éveillé, il se lance dans des considérations générales au moment de faire le bilan de son Grand Prix Doha, décevant, même avec quelques points ramenés : « nous avons peu compris durant ces neuf jours au Qatar » dit le pilote Petronas en additionnant l’intersaison avec les deux Grands Prix vécus à Losail. « Nous avons constaté que nous sommes rapides dans certaines situations, très lents dans d’autres et nous avons réussi à être assez rapides mais pas constants dans cette deuxième course. L’idée que j’ai est de partir d’une feuille blanche et d’essayer de recommencer de la même manière que nous avons fini en 2020, nous allons essayer de le faire ».

Morbidelli et l’angoisse de la feuille blanche

Toute l’attention se porte à présent sur la prochaine course à Portimao. Après une 18e et une 12e place dans les deux premières courses, il est en effet temps de tourner la page : « nous avons déjà couru à Portimao » ajoute Franco « et la moto n’a pas beaucoup changé. C’est pratiquement la même que l’année dernière. Elle devrait donc nous donner des sensations similaires. Si nous ne les avons pas, ce sera une chose inquiétante et nous devrons bouger comme nous l’avons fait ici au Qatar pour réécrire notre histoire, notre niveau et notre force d’une manière différente de celle de l’année dernière ».

Pendant ce temps, les deux Yamaha officielles jouent devant… « C’est encourageant » assure l’italo-brésilien. « C’est agréable de voir une Yamaha gagner la course. Au moins pour que je puisse pousser pour avoir quelque chose que les autres utilisent. Je veux pousser pour mieux comprendre ». On rappellera que Valentino Rossi, équipier de Morbidelli a fait une course MotoGP anonyme à Doha, terminant une procession débutée de la 21e place sur la grille à la 16e position.

MotoGP Qatar 2 J3 : classement

Crédit classement : MotoGP.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Franco Morbidelli

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team