Le team Petronas Yamaha revient KO debout de son séjour au Qatar, et ce n’est pas Valentino Rossi qui va remonter un moral en chute libre dans le box aux couleurs malaisiennes. Avant l‘entame des hostilités, tout le monde se réjouissait d’attaquer une nouvelle saison avec un vice-champion du monde Morbidelli qui allait s’embellir encore un peu plus avec la complicité de son nouvel équipier et mentor Valentino Rossi. Après six victoires acquises en 2020 sur 14 courses disputées, tous les espoirs étaient permis, et même un retour aux avant-postes de Valentino Rossi. On connait la suite …

Au vu du résultat du Grand Prix de Doha, on se rend compte que celui du Qatar de la semaine précédente n’avait été qu’un avertissement. Du moins pour Valentino Rossi qui a connu son pire meeting de carrière. Déjà, il ne s’était jamais élancé si loin sur une grille de départ. Soit avant-dernier. Tout ça pour finir 16e et donc sans le moindre point une course de 22 tours remportées pourtant par une Yamaha. Son équipier Morbidelli a dû se résoudre à une 12e position, loin de ses ambitions.

Un bilan déprimant. Et pourtant, il faut bien en parler. Alors Rossi dit : « quand on repart si loin, ce n’est pas facile. Parce que tous les pilotes sont forts, les 15 premiers sont séparés par moins de dix secondes », soupire le Doctor. « J’ai perdu trop de temps dans les premiers tours. Je m’attendais à plus ».

L’Italien de 42 ans a fait quelques progrès dans le warm up : « je me débrouillais bien sur les pneus durs. On a trouvé quelque chose dans l’électronique, on est retourné à une configuration que je n’avais pas utilisée depuis longtemps. Je m’entendais mieux avec ça. Parce que jusqu’à samedi, j’étais vraiment très lent ce week-end. Alors j’ai fait un pas. Le temps au tour a été annulé dans le warm up car j’étais malheureusement allé sur le green, sinon je me serais retrouvé autour de la dixième place. Je m’attendais donc à être dans le top 10 ou du moins dans le groupe avec Franco et la Honda ».

Valentino Rossi : « ce sont les résultats qui comptent »

Mais cela ne s’est pas produit. Cependant, le Doctor précise : « j’étais plus rapide qu’il y a une semaine, mais ce n’était pas suffisant, je n’ai pas obtenu de points. C’était une course difficile », a-t-il résumé. Le Circuit International de Losail a été une bonne piste pour Vale. Dans le passé, il y a été victorieux en 2005, 2006, 2010 et 2015. En 2021, le rendement de deux courses au Qatar avec une douzième et une 16e place a été pour le moins modeste. Mais c’est tout de même moins pire que son équipier Morbidelli qui a fait 18e puis 12e…

Et maintenant ? Le Portugal se profile à l’horizon. Comment envisage-t-il la suite ? « Je ne sais pas, il y a beaucoup de changements chaque année » lâche Rossi. « Tous sont solides, toutes les motos sont très solides. Donc ça va être difficile. Mais il y a aussi beaucoup de bons morceaux pour moi en Europe. Nous espérons pouvoir y être plus forts. Il faut essayer de mieux piloter, partir un peu plus en avant et se battre pour les positions qui comptent ».

Quelle est l’humeur du vainqueur à 115 reprises de Grand Prix au départ de Doha ? « Bien sûr, ce sont les résultats qui comptent ici », déclare Vale. « Nous espérions être plus compétitifs. C’est dur. Nous devons travailler, nous devons nous améliorer. Nous allons certainement essayer. Deux courses d’affilée sont toujours spéciales. Maintenant je retourne en Europe, où il y a beaucoup de morceaux que j’aime beaucoup. Espérons que nous pourrons avoir une saison de Championnat du Monde normale au cours de laquelle nous pourrons courir partout au bon moment. Espérons qu’il n’y aura plus de courses annulées ou de nouveaux doubles événements programmés. Un Championnat du Monde MotoGP classique serait plus agréable ».

MotoGP Qatar 2 J3 : classement

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team