Romano Albesiano

Romano Albesiano est le directeur technique d’une usine Aprilia dont on aurait tort de se souvenir que de sa fin de parcours raté dans cette saison MotoGP, qui vient de s’écouler. Car malgré le rendez-vous manqué avec les cinq ultimes Grands Prix, la marque de Noale restera celle qui a connu la plus forte progression en termes de performances et de résultats d’un exercice à l’autre. Mais justement, tout est allé peut-être un peu trop vite, jusqu’à surprendre les héros eux-mêmes…

C’était bien parti pour Aprilia et peut-être même un peu trop. Car à l’arrivée, on ne trouve finalement même pas trace de son fer de lance Aleix Espargaró qui s’est envisagé un moment Champion du Monde. Puis vice-champion. Avant d’espérer au moins la troisième place. Mais c’est quatrième qu’il sera enregistré à l’heure des comptes.

Les serviteurs de la RS-GP, qui s’est tout de même révélée et a séduit le paddock, ont calé. On ne sait pas ce qui est techniquement arrivé aux hommes de Noale soudainement sujets aux pannes et autres maladresses. Mais celui qui pourrait répondre, puisque c’est son domaine de compétence, soit Romano Albesiano, pense que ce n’est pas exactement là qu’il faut aller chercher les raisons de cet élan brisé… « Il est peut-être encore un peu tôt pour ce genre de rêves, mais nous sommes sur la bonne voie pour y arriver », a ainsi commenté le directeur technique du constructeur Noale sur GPOne.

Romano Albesiano, Aprilia Racing

Romano Albesiano : « c’était un peu prématuré comme objectif, mais c’était réel« 

Il ajoute : « je pense honnêtement que c’était un peu prématuré comme objectif, mais c’était réel. Si nous avions obtenu ce résultat, personne n’aurait pu le contester : nous l’aurions mérité. Quelqu’un d’autre le méritait plus, donc ça va. L’important, c’est d’avoir fait une croissance vraiment remarquable et d’être là pour jouer le championnat ». Sur son pilote, il ajoute : « je pense que c’était une première fois difficile pour Aleix, en termes d’énergie mentale. Il a aussi dit que ce n’était pas facile : il y a une certaine médiatisation, une pression qu’on s’impose, un objectif aussi prestigieux à portée de main… Ce n’est pas facile. Il n’y était pas habitué et nous n’y étions pas habitués en tant qu’équipe, mais pour le pilote, c’est un peu plus difficile ».

L’Italien a déjà tiré les leçons de ce parcours qui n’est pas un échec en soi, pour se présenter plus aguerri devant les portes de la campagnes 2023 : « je pense que c’est bien pour nous que la saison soit finie, pour recharger les batteries et retourner à Sepang l’année prochaine avec 100% de batterie. Je pense que nous allons revoir les performances que nous avons vues dans ce 2022 ». Un optimisme qui trouve aussi sa source dans le test d’intersaison à Valence qui a révélé un Miguel Oliveira spontanément à l’aise sur l’Aprilia du nouveau team satellite RNF…

TC_Romano Albesiano, Aprilia Racing

Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing MotoGP