Il fut une époque, notamment en 1993 quand le Texan fut Champion du Monde en 500 cm3, où les 500 2-temps 4 cylindres avaient tellement peu d’électronique que les machines étaient beaucoup plus violentes et brutales, et les écarts entre les pilotes nettement plus grands.

« C’est beaucoup plus serré devant maintenant. À l’époque des 500 cm3, l’écart était assez important. Il semble que chacun se soit amélioré et que l’électronique ait rapproché tout le monde lors des qualifications » a expliqué Kevin à MotoGP.com.

« Parfois, les pelotons s’étirent encore, mais ces gars ont la tâche difficile de grappiller chaque dixième en qualifications. »

« Sur une 500, les pilotes essayaient de rester plus centrés sur la moto mais maintenant, avec l’électronique, vous pouvez déhancher au maximum. Les seules fois où j’ai traîné mon coude par terre, c’était lors d’une chute ! »

« Quand je vois les photos, Álex Rins est toujours dans une position parfaite sur la moto et c’est un peu ce que Wayne Rainey a fait. Moi j’étais partout, j’ajustais mon style de pilotage au tour par tour, et même course par course ou saison par saison. »

« Une moto qui fonctionnait bien à un endroit devait être conduite ailleurs un peu différemment et je pense que les gars doivent encore adapter un peu leur style maintenant. Les bons pilotes sont encore capables de compenser quelque peu, mais peut-être un peu plus probablement à l’époque en 500. »

Schwantz a ajouté que les machines très proches sur la grille actuelle signifient que les meilleurs pilotes peuvent généralement trouver leur chemin vers le devant ce celle-ci : « Il n’y a aucun doute sur la profondeur du peloton maintenant, tout le monde est si proche, mais je pense que la crème domine toujours au sommet. Rins, Márquez, Dovi, Rossi, Viñales sont constamment en tête des courses même s’ils ne se qualifient pas bien », a-t-il déclaré.

« Si une 500 était mauvaise, elle était vraiment mauvaise et même le meilleur pilote du monde ne pouvait pas en faire grand-chose. »

Double vainqueur en MotoGP en 2019, Álex Rins, a ajouté : « Je suis d’accord pour dire que l’électronique aide les pilotes à être plus en groupe maintenant. Il est difficile de creuser un écart parce que tout est si proche. »

« Comparé à Marc Márquez, nous avons deux styles de pilotage très différents, il a la tête baissée et les coudes levés. Je suis plutôt, comme le dit un membre de l’équipe, une girafe, la tête haute ! J’ai toujours eu ce style. »

« Je me souviens qu’en Moto3, beaucoup de gens me disaient : « On dirait que tu rentres au stand, puis tu fais un tour rapide. » J’ai essayé de rouler davantage avec la tête baissée et les coudes levés, mais ça ne marche pas très bien pour moi. »

Kevin avec Joe Roberts

Schwantz avec Shoya Tomizawa, Dani Pedrosa et Bradley Smith

Avec Christian Sarron

Photos © Suzuki, Motogp.com



Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar