Ce jeudi 26 août 2021, Pol Espargaró a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Silverstone, en prélude au Grand Prix de Grande-Bretagne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui ressort de deux manches assez difficiles en Autriche, et qui aura à cœur de repartir de l’avant ce weekend en Angleterre.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Pol Espargaró sans la moindre mise en forme.


 

Pol, Alberto Puig a été absent lors des deux courses qui se sont disputées en Autriche. De votre côté, vous avez déjà énoncé par le passé l’importance que revêtait sa présence pour vous sur les Grands Prix. Savez-vous donc s’il sera là ce weekend, et si non comment allez-vous essayer de surmonter cette absence ?

« Il sera là, et c’est vrai qu’il est d’une grande aide quand c’est le cas. Il parle la même langue que nous donc c’est tout de suite plus facile, et je le connais depuis longtemps, donc la confiance que je peux avoir avec lui n’est bien entendu pas la même que celle que je peux avoir avec les Japonais. Il est très direct, car quand quelque chose est bien ou pas bien il me le dit très franchement. C’est quelque chose que j’apprécie, et sa présence ici ce weekend est importante pour moi bien sûr. »

Comment abordez-vous cette nouvelle manche sur le plan psychologique ? Car lors des dernières courses vous aviez l’air vraiment au fond du trou…

« J’aborde cette nouvelle manche de bonne manière, et je dois dire que ma vision des choses est que ce qu’il s’est passé dans le passé reste dans le passé. Aujourd’hui je suis aussi motivé que le premier jour où je suis monté sur la Honda. Je suis vraiment très impatient de débuter le weekend, même si je dois reconnaître que nous ne visons pas des résultats extraordinaires, car notre package n’a pas beaucoup évolué, mais pour moi l’état d’esprit n’a pas évolué : je veux être le pilote le plus rapide parmi ceux qui ont le même package. »

“Je veux être le pilote le plus rapide parmi ceux qui ont le même package”

 

« Je veux être meilleur à chaque sortie, et ici c’est une bonne opportunité car j’aime cet endroit, et la météo semble clémente pour ce weekend, voire même chaude, ce qui me convient très bien. Il ne devrait pas y avoir de pluie mais en revanche cela promet d’être venteux, mais ça me convient aussi dans le sens où tous les constructeurs rencontrent des difficultés dans ces conditions. La piste semble également un peu bosselée, et j’aime ça aussi. J’essaie donc de prendre tous ces points positifs pour être bien motivé. »

Si les choses ne tournent pas comme vous le voulez, allez-vous appliquer une approche différente que celle utilisée lors des autres weekends ?

« Chaque weekend est différent, et chaque weekend vous devez prendre des décisions. Il est certain que nous n’allons pas procéder de la même façon qu’en Autriche, où nous avons manqué de grip. Mais ici certaines portions disposent d’un nouvel asphalte, donc le grip devrait être un peu meilleur. C’est en tout cas ce que nous espérons. »

« En Autriche, j’ai rencontré de nombreuses difficultés alors que nous étions sur un circuit où je suis d’habitude très rapide, d’autant plus dans des conditions pluvieuses comme cela a pu être le cas. Mais finalement cela a été complètement l’inverse, et cela a été mauvais à plusieurs égards. Nous avons notamment pris de mauvaises décisions au niveau du choix des pneus. Beaucoup de choses sont allés de travers, mais je pense que cela fait partie du processus d’apprentissage, et nous devons faire en sorte de comprendre cela avec l’équipe afin d’améliorer la situation à l’avenir. »

 

 

« Après ces deux courses j’ai rencontré l’équipe japonaise et nous avons essayé de comprendre ce qui n’allait pas, et j’ai moi-même analysé pas mal de données afin de progresser. Mais soyez sûr que je ne vais pas baisser les bras, je ne vais pas me comporter en lâche et j’entends bien affronter tous les problèmes qui se posent à nous. Une fois que nous aurons bien cerné la situation, les sensations seront déjà meilleures. On va déjà voir ce qu’on peut faire ce weekend. »

Vous dites que vous avez analysé des données pour progresser. Pouvez-vous nous indiquer ce que vous faisiez mal jusqu’ici ?

« Déjà lors de la seconde course en Autriche nous avons pris une mauvaise décision en ce qui concerne le pneu arrière. Marc [Márquez] a pris le départ avec le pneu soft, et nous avec le medium, ce qui fut une grosse erreur. Mais encore une fois, cela fait partie de notre processus d’apprentissage : Je n’étais pas encore assez au point pour avoir conscience que dans la situation dans laquelle nous étions, le pneu soft serait meilleur que le medium. »

« Cela ne serait pas arrivé chez KTM, car j’avais une bonne connaissance de la machine, mais sur la Honda je manque encore de compréhension. Après, quand je me retrouve confronté à des problèmes, je ne sais parfois pas comment les résoudre, car je manque de temps. Lors des essais libres par exemple, j’ai le temps de rentrer au stand et de me poser pour analyser la situation. Mais en course ce n’est pas la même chose, surtout avec toute l’adrénaline que nous accumulons. C’est parfois difficile pour moi de comprendre ce qui se passe, et par conséquent d’appliquer instantanément les bonnes solutions. »

“Je manque encore de compréhension sur la Honda”

 




Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team