En ce dimanche 8 août 2021, Marc Márquez a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit du Red Bull Ring, au terme du Grand Prix MotoGP de Styrie en Autriche.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui a bouclé l’épreuve à la huitième place après avoir éprouvé des difficultés avec sa machine lors de la seconde partie de la course.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Marc Márquez sans la moindre mise en forme.


Vous avez été le seul pilote Honda à utiliser le châssis sans carbone. Pourquoi avoir choisi celui-là ? Par ailleurs Pol [Espargaró] s’est beaucoup plaint durant le weekend d’un manque de grip à l’arrière sans pouvoir y remédier. Qu’en a-t-il été de votre côté ?

« C’est vrai que je suis le seul pilote Honda à avoir utilisé ce châssis, mais comme je l’ai dit jeudi, l’équipe a ramené une nouvelle pièce et il nous fallait recueillir des informations au sujet de cette nouvelle pièce pour mieux comprendre comment parvenir au meilleur équilibre pour la moto. Honda m’a donc demandé de piloter avec ce châssis, et pour moi cela n’a pas été un problème car je n’avais rien à gagner et rien à perdre non plus. Après, il est évident que si j’ai accepté de courir avec ce châssis, c’est bien parce que j’ai ressenti un certain potentiel. Et en effet, j’ai bien ressenti en course un haut niveau de performance et de potentiel, j’ai eu d’excellentes sensations. »

« Durant tout le weekend mon rythme a été plutôt dans la fenêtre basse des 1’34, et avant l’interruption de la course mon rythme a été bon, je me suis senti très à l’aise. Mais au restart, dès le tour de sortie et dans le premier tour j’ai senti que quelque chose n’allait pas. Pourtant la moto était la même, le seul changement que nous avons apporté entre les deux parties de la course ce sont les pneus. Mais au restart j’ai eu l’impression de ne plus avoir de grip, et ensuite j’ai été en difficulté durant toute la course avec le grip à l’arrière, et ce même dans les phases de freinage et à l’accélération en sortie de virages. Nous devons donc comprendre pourquoi cela s’est produit. »

« Mais le problème n’a pas dû reposer que sur les pneus. Après tout, tout le monde avait à disposition les mêmes pneus, même si dans l’absolu d’un pneu à un autre nous pouvons perdre de la performance. J’ai donc cherché simplement à me concentrer sur moi-même, mais c’est vrai que les plus mauvaises sensations sont apparues lors de la seconde partie de la course, car lors de la première tout allait bien pour moi. Une autre course va se dérouler prochainement ici en Autriche, et j’espère bien que nous aurons compris d’ici-là ce qu’il s’est passé. »

Vous avez eu deux incidents avec Aleix [Espargaró] dans le premier virage. Lors du premier il a été très en colère contre votre comportement en piste, et après coup il a été très remonté contre la Direction de course, expliquant que vous auriez dû écoper d’une pénalité. Pensez-vous que sa réaction soit compréhensible ou bien à l’inverse qu’il soit un peu en train de réagir à l’excès ?

« Nous connaissons bien comment est Aleix. Si on devait se plaindre après chaque contact… A Assen il m’a bien touché dans le dernier virage et j’ai failli chuter. Pour autant je ne me suis plains à aucun moment de ça. Ici lors de la première partie de la course, j’ai eu un contact avec Joan Mir qui était en train d’essayer de me dépasser. Il m’a touché et je ne me suis pas plaint, c’était la course voilà tout. »

“Nous connaissons bien comment est Aleix…”

« Pour parler franchement, si quelqu’un a fait une erreur lors de la première course, c’est effectivement moi, car il est parti un peu large et j’ai essayé de prendre l’intérieur, et je ne m’attendais pas à avoir un si gros contact mais c’est ce qui s’est passé. En revanche lors de la seconde partie de la course, c’était de sa faute. J’ai pris un meilleur départ que lui, et j’étais juste à côté de lui au point de freinage, alors que de mon côté j’avais Fabio Quartararo à l’intérieur : Je n’ai donc pas pu éviter le contact. Pour résumer : Le premier incident était de ma faute, et le second c’était de la sienne. »

 

 

Vous avez évoqué vos problèmes d’adhérence, mais en règle générale votre point fort est votre capacité à récupérer d’une mauvaise place sur la grille ou bien d’un mauvais départ. Après cette course et la pause estivale qui a précédé, quel est votre bilan à propos de votre niveau de pilotage, ainsi qu’à propos de votre capacité à revenir à votre niveau d’antan ?

« Il est clair que je ne suis toujours pas à mon meilleur niveau. Vendredi je n’étais pas en colère mais j’ai ressenti comme une sorte de frustration, car je m’attendais à une plus grande progression au niveau de ma condition physique après un mois de pause. Mais j’ai accepté cet état de fait et j’ai simplement essayé de me concentrer à partir de là.

“Il est clair que je ne suis toujours pas à mon meilleur niveau”

« Après, il est vrai que la course n’a pas reflété notre véritable position. Je veux dire par là que durant le weekend nous avons été forts, même si nous n’avons pas pu faire mieux que huitième en qualifications, mais notre rythme durant le weekend a été une demi-seconde plus rapide par tour en général. Ce qui est dommage, c’est que je n’ai pas pu reproduire ce rythme durant la seconde partie de la course. Mais aujourd’hui ce n’était tout simplement pas possible. C’est vrai néanmoins que j’ai également fait quelques erreurs durant la course. Je suis parti large dans certains virages, car quand vous perdez l’adhérence à l’arrière, vous perdez dans toutes les phases du virage : le freinage, la rotation et l’accélération.

Vous avez expliqué que vendredi vous étiez assez déçu de votre condition physique et que vous vous attendiez à revenir de la pause estivale plus fort que cela. Qu’en a-t-il été durant la course ?

« Durant la course j’ai ressenti comme d’habitude des douleurs, mais c’était acceptable. Je dirais que la douleur n’a pas augmenté durant la course. C’est clairement quelque chose de positif. Après, c’est vrai que j’ai roulé dans la fenêtre des 1’35, ce qui en soit est assez lent, mais c’est tout ce que je pouvais faire aujourd’hui. Mais au moins j’ai réussi à être régulier.

 

MotoGP Styrie – Classement de la course

Crédit classement : MotoGP.com




Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team