De María Viñas López / Motosan.es

Takeo Yokoyama et les pilotes Honda parlent de l’amélioration de la puissance de la moto en 2019, ainsi que de son instabilité dans les virages, qui a causé la seule chute de Marc Márquez à Austin cette saison.

Dans un compte-rendu du huitième championnat du monde de Marc Márquez, Takeo Yokoyama parle ouvertement des améliorations que Honda a apportées à ses pilotes en termes de puissance et de vitesse de pointe dans les lignes droites. Cet aspect a impressionné de nombreux fans et supporters lors du championnat, surtout si l’on se souvient du combat de Márquez contre les deux Ducati dans la ligne droite du Mugello en 2019.

« Lorsque nous avons lancé le nouveau projet pour 2019, nous avons analysé en détail où nous gagnions sur les autres concurrents et où nous perdions. Et encore une fois, en tant que Honda Motor, nous ne pouvions pas rester derrière Ducati, en perdant toujours de cette façon en ce qui concerne la puissance maximale. C’est un sujet dont nous sommes fiers, et nous voulions donc montrer au monde que nous sommes aussi orgueilleux chez Honda Motors, et nous voulions faire quelque chose pour arranger cela. Nous avons donc décidé de produire un effort maximum pour avoir une meilleure performance du moteur », a expliqué le directeur de Honda.

« Dès que Márquez a réalisé le potentiel de la nouvelle moto, il a changé son style de conduite. »
Afin de continuer à progresser dans le championnat du monde et de ne pas être laissée en arrière par les Ducati, la marque aux ailes d’or a compris que la vitesse serait une condition obligatoire, en plus d’être un aspect qui ne dépendrait plus des pilotes eux-mêmes : « La puissance est la chose la plus importante du milieu au bout de la ligne droite. C’est à dire, pour gagner de la vitesse. Tel a été l’objectif principal. Il y a de nombreux aspects tels que le freinage, l’entrée en virage, le milieu du virage, l’accélération en sortie de la courbe, la traction, où, soit le choix des pneus, soit le pilotage du pilote, fixe les limites. Mais ce n’est que lorsque les pilotes sont en ligne droite, en quatrième, cinquième ou sixième vitesse, qu’ils ne peuvent rien faire. Ou presque rien. Même le meilleur pilote du monde, Marc Márquez, ne peut rien faire s’il a un déficit à ce moment-là. »

Cependant, pour gagner dans ce domaine de la Honda, il a été nécessaire de sacrifier d’autres points auxquels le pilote Cervera a su parfaitement s’adapter pendant la saison : « en ce qui concerne la moto, nous avons dit : “Ok, Marc, nous allons t’aider, parce que dans ce domaine, il n’y a rien que tu puisses faire”. Seule la moto pouvait l’aider. Mais alors, nous avons peut-être pu dégrader d’autres domaines. Dès qu’il a réalisé le potentiel de la nouvelle moto, en particulier le nouveau moteur, il a changé son style de pilotage. »

Le frein moteur, le mal de tête de la saison
Le passage en courbe a été le point à sacrifier pour obtenir un maximum de puissance. En fait, Cal Crutchlow et Jorge Lorenzo, parlent dans leur propre documentaire sur DAZN, de la façon dont Márquez a su s’adapter à cette instabilité de la Honda pour entrer dans le virage, et même arrêter la moto, par rapport aux difficultés qu’elle posait aux autres pilotes de la marque. « Le frein moteur a été l’un des points faibles du moteur Honda cette année-là. Il a été très difficile de comprendre le fonctionnement de ce frein moteur pour tous les pilotes, mais Marc a vite compris comment il fallait s’adapter et s’aider à l’aide du frein arrière. La façon dont il l’utilise est vraiment impressionnante », explique Takeo Yokoyama.

Cependant, la situation du frein moteur et des passages en virage étaient vraiment difficiles au début de la saison, ce qui a conduit à l’accident de Marc Marquez à Austin. Cal Crutchlow lui-même explique qu’il a chuté pour cette raison et que, au cours de l’année, ils ont pu s’améliorer considérablement dans ce domaine, sans toutefois le résoudre complètement. « Au début de la saison, nous avons vu que quelque chose se passait avec le frein moteur et qu’il était très difficile pour les pilotes de savoir à quoi s’attendre ou de prévoir le comportement du frein moteur », a avoué M. Yokoyama dans le documentaire “Unlimited” de DAZN.

« Personne n’est capable de comprendre comment il a fait. »
« Il mûrit de plus en plus en tant que pilote. Je pense qu’il veut s’améliorer tout le temps. Sa compréhension du comportement de la moto, des réactions qu’il reçoit de celle-ci, du moteur, du châssis, des pneus, est donc inégalée, je pense. Et c’est pourquoi il est capable de sauver tant de chutes. Nous, les ingénieurs, ne nous attendons jamais à ce que quiconque puisse éviter une chute à plus de 70 degrés. Nous vérifions toujours les données de télémétrie et voyons que cela s’est produit, mais personne n’est encore capable de comprendre comment cela s’est produit. C’est impossible à imaginer », a-t-il expliqué en se souvenant du sauvetage en Australie.

Lire l’article original sur Motosan.es

María Viñas López

Crédit photo : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team