Le coronavirus est une épidémie que l’on ne présente plus et qui impacte d’abord le Sud Est asiatique tout en se propageant dans le reste du monde. Tout est parti d’une Chine qui vit depuis quasiment en quarantaine, ce qui veut dire qu’il n’est plus réaliste d’y envisager la moindre manifestation d’envergure rassemblant une masse conséquente de population. De fait, le Grand Prix de Formule 1 qui devrait s’y dérouler a été ajourné sine die. Le 8 mars, au Qatar, la saison MotoGP sera lancée, avant d’aller vers le second rendez-vous inscrit au calendrier qu’est la Thaïlande…  

Or, la Thaïlande est dans la zone à risque de ce coronavirus dont on ne connait aucun vaccin. Le paddock des Grands Prix s’y rendra-t-il quand même le 22 mars prochain ? En Thaïlande, 33 cas ont été pour le moment confirmés et une personne serait dans un état critique. Après la Chine, le Japon, Singapour et Hong Kong, c’est le pays le plus touché par la maladie identifiée avec l’acronyme COVID-19.

Lors du dernier test MotoGP en Malaisie, pays aux 19 infections confirmées, les équipes et les pilotes ont dû suivre une série de recommandations d’hygiène et de santé à titre préventif. Mais le nombre croissant d’infections à coronavirus et de décès oblige Dorna à évaluer ce qu’il faut faire. Les relations avec les organisateurs du Grand Prix de Thaïlande se sont approfondies pour connaître la position du gouvernement sur la lutte contre les maladies.

Carmelo Ezpeleta attend maintenant une réponse : « nous allons au Qatar en toute sécurité, car ils nous ont garanti qu’il n’y avait pas de danger » a-t-il dit à AS. « Mais avant d’aller en Thaïlande, nous avons demandé des informations à son gouvernement et nous attendons une réponse. »

Le PDG de Dorna a souligné que si une réponse négative était donnée, une autre date serait fixée, réitérant que « la sécurité des pilotes est toujours la priorité. » Par ailleurs, Jorge Lorenzo et Yamaha doivent effectuer un test privé début avril à Motegi, au Japon. Au vu de la situation, il y a un risque de changement de plan car au pays du soleil levant les cas de coronavirus ont connu une croissance exponentielle au cours des deux derniers jours, avec notamment un décès. Selon les autorités médicales, le pic de cette maladie n’a pas encore été atteint.

 

 


Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP