MotoGP Test Qatar 2 J1, Débriefing Johann Zarco (Ducati/4) : « Je n’ai aucun doute sur le potentiel de la Ducati ! », 352.9 km/h, etc. (Intégralité)

par | 10 mars 2021

En ce mercredi 10 mars 2021, Johann Zarco a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Losail au Qatar, à l’issue de la première journée du deuxième test officiel MotoGP sur sa Ducati GP21 du team Pramac Racing.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Johann Zarco sans la moindre mise en forme, même si la première partie est traduite de l’anglais (vouvoiement).


Johann Zarco : « Très bonne journée ! Nous continuons à travailler sur des choses importantes et sur des petits détails, et aujourd’hui ces petites choses m’ont apporté une très bonne amélioration quant au feeling et au contrôle de la moto. Le chrono a alors commencé à être, pas facile, mais il est venu en pilotant correctement. Je suis très heureux de cela, et comme tout le monde, j’ai essayé d’améliorer le chrono avec les pneus neufs. J’ai cette limite en 53. 9 pour le moment, mais Fabio a fait un chrono très rapide. Mais par rapport aux deux premiers jours, je ne m’attendais pas à ce genre d’amélioration dès la première journée. »

Faites-vous plus de développement chez Pramac que chez Avintia ?

« Je pense que chez Pramac, les relations sont étroites avec le team d’usine, mais comme j’ai pu en avoir l’année dernière quand je pouvais être rapide, et Ducati utilise cette opportunité pour confirmer les nouvelles pièces qu’ils ont et qu’ils essaient dans l’équipe d’usine. Ils demandent alors si on peut également les essayer, simplement pour avoir une confirmation supplémentaire de savoir si elles fonctionnent ou pas. Tout est planifié et nous pouvons suivre le plan, ce qui rend les choses très plaisantes à faire. »

Sentez-vous la différence avec votre moto de l’an dernier ?

« Comme je l’ai dit, je pilote mieux la moto qu’avant. Je savais que je devais débuter la nouvelle saison comme j’avais terminé la dernière, et immédiatement le niveau a été bien meilleur. À cause de cela, je continue à progresser. Peut-être que le moteur est le plus différent, car je vais vraiment très vite en ligne droite. »

La Ducati est non seulement la plus rapide en ligne droite, mais aussi la plus rapide sur un tour…

« Je n’ai aucun doute sur le potentiel de la Ducati ! Je le dis depuis le début,  elle a un énorme potentiel à utiliser, et quand on peut le comprendre, grâce au pilotage et avec de bons réglages, je pense que nous pouvons avoir une moto plus forte que les autres. Aujourd’hui, j’ai eu un peu ce feeling car le contrôle de la moto était bien meilleur, et j’ai été très compétitif durant toute la journée. Et à l’instant, Jack également. Pas à pas, il a un meilleur contrôle de la moto et quand il a besoin d’attaquer, il peut le faire. Personnellement, j’ai arrêté avant car je n’avais plus de travail à faire et je vais aller travailler avec l’équipe après 21 heures. Nous allons essayer d’améliorer pour les prochains jours. »

Nous savons que le Qatar est un circuit qui convient très bien aux Ducati. Ce que vous apprenez ici sera-t-il utilisable sur d’autres circuits ?

« Si vous pouvez être très, très rapides sur une piste, et faire beaucoup d’essais comme nous le faisons actuellement, vous savez ce qu’il vous faut sur la moto. Cela signifie que si vous changez de circuit et que vous rencontrez quelques problèmes, vous pouvez mieux demander, et de façon plus précise, ce qu’il vous faut. Je pense donc que même s’il y a certains autres circuits où nous aurons peut-être moins d’avantages, la moto est bonne dans sa globalité. Donc je pense que tout ce que nous pouvons faire maintenant sera également utile lors des prochaines courses. »

Vous avez battu la meilleure vitesse de pointe au Qatar !

« Oui, j’ai vu (rires). Après les premiers essais, la vitesse était de 352 par Marc. Et maintenant je crois que j’ai fait 352.9 km/h. C’était un plaisir mais je pense qu’il reste une marge sur la moto, et que lors des prochains jours nous pourront nous rapprocher des 360 km/h, ce qui sera totalement un nouveau record. »

Et durant les weekends de course, vous pourrez prendre des aspirations…

« Absolument ! Mais après, vous devez freiner en bout de ligne droite, donc nous verrons. J’ai eu une bonne aspiration aujourd’hui, et c’est pourquoi j’ai pu faire cette différence dans la ligne droite, mais quoi qu’il en soit, à chaque tour, j’étais très proche des 350 km/h, et ce sera à coup sûr un avantage pour la course. »

En parlant du freinage, avez-vous essayé les nouveaux disques Brembo ?

« Non, pas encore. J’ai entendu quelque chose mais pour le moment j’utilise encore ce que je connais. Mais je ne pense pas qu’il s’agisse de nouveaux disques, je pense qu’il s’agit d’un système pour éviter que, quand la moto louvoie, les plaquettes s’écartent et vous devez freiner en deux fois. »

Avais-tu déjà dépassé les 350 km/h ?

« Je pense que j’avais passé les 350 sur une piste l’an dernier. Je ne sais plus laquelle, mais là, 352.9, c’est un petit record personnel. Et comme je l’ai dit, le fait d’être à l’aise sur la moto, à quasi tous les tours j’ai le 347, 350, 349, et il suffit juste une petite aspiration et d’un seul coup ça gagne 3 km/h. C’est agréable de jouer comme ça pour être en haut de l’affiche dans tous les cas. »

Comment sens-tu ton rythme de course ?

« Et bien c’est beaucoup mieux que les deux premiers jours. J’avais un peu du mal à enchaîner les tours. Là, on a passé un cap au niveau feeling qui me permet vraiment de me sentir stable, et donc de relâcher le corps. Demain, on va faire au moins un run de 20 tours. Un ou deux runs, on verra, je pense que c’est demain, tant que l’énergie est bonne, qu’on va se faire des longueurs de course pour préparer les deux week-ends qui seront à la fin du mois. »

Tu as déjà une idée des pneus pour la course, ou c’est limité aux pneus tendres ?

« Je pense que c’est limité au tendre. On ne travaille qu’avec celui-là dès que la nuit tombe, est vraiment passé le cran au-dessus… non ! Ça marche tellement bien, qu’on reste là-dessus. »

Comment étaient les conditions au niveau du vent ?

« Ça soufflait un peu cet après-midi, mais j’ai l’impression que ça s’est calmé dans la soirée. En fait, on s’y habitue et quand le vent diminue, on ne le sent pas mais on va plus vite. Donc à mon avis, ça nous a aidé, et là, il n’y a plus grand-chose. »

Crédit classement: MotoGP.com

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing