Le pilote Petronas Yamaha Morbidelli a raté le top 10 lors de la première des trois journées de la seconde série de tests qui servent d’intersaison au MotoGP au Qatar. Il est cependant dans le coup avec une M1 qui donne le change. L’italo-brésilien est bien traité par la marque d’Iwata qui lui accorde toute l’attention due à son rang de vice-champion du monde. Reste que le pilote analyse clairement la situation de sa moto. Et ça semble augurer des moments difficiles cette saison …

C’est un Morbidelli fatigué et un tantinet contrarié qui en terminait avec son premier des trois jours de tests programmés à Losail. Le pilote Petronas Yamaha commentait en effet sur son onzième rang sur la feuille des temps : « nous avons eu plus de problèmes que ces deux derniers jours » regrette-t-il d’entrée. « Nous n’avions pas le rythme de course et nous n’avons pas non plus pu suivre sur un tour rapide ». Et il le reconnait : « je n’ai pas lancé d’attaque contre le chrono ».

L’équipier d’un Rossi pas mieux loti revient sur un écueil récurrent chez Yamaha : la vitesse de pointe bien inférieure à celle de la Ducati, par exemple. Pour Morbidelli, cela se traduit automatiquement par des inconvénients dans les duels directs. « Les lignes droites et les zones de freinage ne sont pas nos forces. Nous sommes vraiment faibles dans les lignes droites et c’est pourquoi nous sommes hors de portée lorsqu’il s’agit d’attaquer à l’entrée du virage. Nous arrivons à la courbe beaucoup plus tard ».

Morbidelli : « j’ai une moto pour gagner mais pas pour combattre »

Morbidelli en arrive donc à cette conclusion lourde de sens, et qui résume toute la difficulté des Yamaha ces dernières saisons en MotoGP : « je n’ai pas la moto avec laquelle je peux combattre les rivaux sur la piste. Mais je peux toujours gagner si tout va bien ».

Il l’a déjà prouvé l’année dernière en remportant les Grands Prix de Saint-Marin, Teruel et Valence. Pour ne répéter que partiellement ces succès, Morbidelli doit atteindre sa limite de performance. « Je ne me sens pas en mesure de suivre Fabio pour le moment », admet-il. « Je suis fatigué. Je suis descendu de la moto, j’ai fait les interviews télévisées et je voulais manger. Mais j’ai dû interrompre le dîner car la prochaine conférence de presse était prévue. C’est pourquoi je suis juste fatigué après une si longue journée de tests, mais pas triste pour la onzième place ».

Enfin, Morbidelli a testé une nouvelle fourche avant mercredi, mais elle n’a pas encore montré l’effet escompté. Il n’est pas non plus encore enthousiasmé par les longs runs. « Ils allaient bien, mais pas super. Nous devons épuiser notre potentiel et nous améliorer », dit-il. Bref, il y a encore de quoi faire et il remettra donc ça ce jeudi à Losail.

Morbidelli n'avait pas le sourire mercredi à Losail.

MotoGP Test Qatar 2 J1 : chronos

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Franco Morbidelli

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team