MotoGP Valence-1 J1, Débriefing Johann Zarco (Ducati/17) : La crainte de chuter, pas de feeling, etc. (Intégralité)

par | 6 novembre 2020

En ce vendredi 6 novembre, Johann Zarco a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit Ricardo Tormo au terme de la première journée du Grand Prix d’Europe.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Johann Zarco sans la moindre mise en forme, même si la première partie est traduite de l’anglais (vouvoiement).


Johann Zarco : « Une journée difficile ! L’après-midi a été assez dure pour moi, mais si je commence par le matin, sur le mouillé, j’étais plutôt bien alors que je n’avais pas un très bon feeling. Cela peut être pris du côté positif car si le feeling progresse je peux alors être très compétitif pour un podium ou même victoire, j’espère. Mais nous devons davantage ressentir le pneu car la piste est étrange : elle est glissante alors qu’il y a de l’adhérence à certains endroits et à d’autres pas trop. C’est un peu déstabilisant. Cet après-midi, sur le sec, il y avait vraiment beaucoup d’humidité sur la piste et j’ai vraiment essayé de travailler pas à pas. Au début de la séance, ce n’était pas trop mal mais à la fin j’avais trop la peur de toucher ces zones d’humidité et de chuter. Avec cette crainte de chuter, c’était très difficile d’aller beaucoup plus vite. Nous ne pouvons pas trop travailler pour le moment car nous sommes loin des bons chronos, et si vous êtes loin des bons chronos vous n’êtes plus dans la bonne zone pour la moto. C’est pourquoi je suis déçu de cet après-midi, car ce sera peut-être la seule session sur le sec et figurer dans le top 10 était important. Nous verrons demain si c’est sec ou mouillé. Si c’est sec, et j’espère que ce sera complètement sec, plus que ce que nous avons eu cet après-midi, j’espère que je pourrais bien faire. Et dans ce cas, je peux faire un bon pas en avant, comme les autres, et au moins j’aurais une chance. Si c’est mouillé, il faudra continuer à travailler pour le feeling car nous devons nous adapter aux conditions à chaque fois. »

Cal Crutchlow dit que les pneus pluie Michelin surchauffent généralement très vite dans ces conditions et perdent toute adhérence. Ressentez-vous la même chose ?

« Cela peut arriver, avant tout avec le pneu tendre, quand vous êtes en tendre/tendre en pneus pluie. Ce matin, il pleuvait mais il y avait une bonne température extérieure, et c’est pourquoi nous avons fait surchauffer le pneu et qu’il était donc difficile d’avoir des sensations claires. Mais à certaines autres courses, comme au Mans, vous ne rencontrez pas ce genre de problème. Cela dépend donc vraiment de la piste et de la température. Ici, il fait plus chaud qu’au Mans et vous sentez que vous avez plus de problèmes. Avec le tendre. »

Que pensez-vous de la sanction infligée à Yamaha ?

« Je m’en fiche (rires) ! Mais cela semble plus logique qu’ils perdent des points au championnat constructeur car les pilotes ne savent pas ce qu’il y a dans leurs moteurs. S’ils avaient pénalisé les pilotes, cela aurait été bien sûr plus compliqué, et il y aurait eu plus de polémiques. C’est la façon de conserver un bon championnat. C’est la première fois qu’ils ont ce problème et il faut toujours trouver quelle pénalité infliger au sujet des problèmes et des pénalités car je pense qu’il n’y a pas de règlement clair au sujet des problèmes et des pénalités. »

Que pensez-vous du projet de calendrier présenté aujourd’hui ? Connaissez-vous ce circuit en Russie ?

«  Je crois que c’est le même circuit où les Superbike sont allés… »

Non…

« Je sais que le voyage pour aller en Russie avait été assez particulier, il y a plus de cinq ans, mais je n’y suis jamais allé et je serais curieux de m’y rendre. Pour le moment, nous avons un calendrier normal, ce qui serait bien, mais nous ne savons toujours pas des règles qu’il y aura. Je pense que nous pouvons faire tout ce qui est en Europe car nous l’avons prouvé, et même en faisant tous les circuits sans les doubler, car nous pouvons nous déplacer en Europe de façon quasi normale. Mais mon opinion personnelle est plus réservée sur ce qui est en dehors de l’Europe dans quelques mois. Mais j’apprécierais vingt courses : Plus on peut avoir de courses, mieux c’est, car pour moi, c’est la vie. »

En résumé, tu n’as pas de problème de réglage de la moto, mais “seulement” un problème de feeling et de confiance ?

« C’est beaucoup de la confiance, et dans des conditions délicates, comme j’estime toujours être un peu dans cette phase d’apprentissage, plus je peux pousser mes repères, mieux je prends confiance. Mais là, le moindre petit écart de trajectoire, tu peux le payer cher. Donc cette crainte de payer par une mauvaise chute un écart de trajectoire fait que tu ne peux vraiment pas être dans le coup. Pourtant, c’est 1,2 seconde : Ce n’est pas énorme. Donc il faut rester tranquille mais j’étais un peu agacé en fin d’après-midi de ne pas réussir à passer ce cap. Mais il vaut mieux galérer maintenant que l’an prochain ! »

Classement FP2 du Grand Prix d’Europe MotoGP à Valence :

Crédit classement : MotoGP.com

 

Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing