Après une saison 2020 marquée par le regret de l’objectif d’un titre pilotes raté, Yamaha se concentre sur la prochaine campagne, qui pourrait cependant être du même acabit. En effet, il faudra faire avec peu ou prou le même matériel, dont le moteur, avec la même organisation côté ingénieurs. Lin Jarvis pose déjà les bases de ce que sera 2021, en avouant attendre 2022 avec un certain intérêt. Car ce n’est qu’à partir de cette échéance que Yamaha retrouvera une marge de manœuvre dans son développement technique …  

Yamaha souffre du paradoxe d’apparaître comme la firme qui a remporté en 2020 la moitié des courses du calendrier MotoGP et de sortir comme le grand battu de la saison. En plus d’avoir manqué de régularité dans son parcours, la firme d’Iwata a été rattrapé par la patrouille qui lui a rappelé les subtilités du règlement au sujet d’une gestion particulière d’un problème de soupapes, affectant la fiabilité de sa mécanique. La conséquence en a été une sanction qui a fait perdre à Yamaha le championnat constructeurs …

C’est sur ce bilan que le patron sur le terrain Lin Jarvis tire les perspectives pour 2021. Sur l’organisation décriée il ne rassure pas : « concernant la question sur le département moteur, nous avons modifié son organisation en tout début d’année, donc je ne m’attends pas vraiment à un changement majeur à court terme. Mais je pense que l’erreur que nous avons faite cette année a été commise avant le début de cette année : elle a été faite en milieu d’année dernière ».

« Pour revenir sur le sujet des soupapes, je ne veux pas donner trop de détails, mais nous avons eu ce problème avec le fournisseur de soupapes en juillet quand ils n’ont pas pu poursuivre la production des soupapes que nous voulions utiliser. À ce moment, Yamaha a pris sa décision d’avoir deux fournisseurs de soupapes, et cela a été la mauvaise compréhension du règlement. Puis il y a eu le facteur que nous avons peut-être raté le protocole au début de la saison ».

Yamaha garantit la fiabilité mais toujours pas la puissance

Certes, mais ces erreurs logistiques ont amené des problèmes de fiabilité. Sur ce plan, Jarvis se veut rassurant : « mis à part la faiblesse de certaines soupapes que nous avons connues, notre moteur a été très fiable pour le reste de la saison. Certains de nos moteurs ont maintenant plus de 3 000 km, ce qui est vraiment extraordinaire ! Je pense que notre principale attention pour progresser dans le futur est que nous devrons beaucoup plus faire attention d’une façon stricte aux détails sur la planification de la saison, en reconfirmant la qualité des composants, et en reconfirmant le règlement : donc beaucoup plus de reconfirmations seront nécessaires. »

Hélas, une autre reconfirmation sera de mise, et ce n’est pas une bonne nouvelle : « pour la saison 2021, nous sommes plutôt confiants au sujet de nos moteurs pour ce qui est de la fiabilité. Mais comme vous le savez, le règlement implique que nous continuerons à utiliser ces moteurs l’année prochaine. Nous manquons toujours de puissance donc et pour en avoir plus nous devrons attendre 2022, quand nous pourrons développer ou utiliser le développement sur le nouveau moteur ». En attendant, il faudra accommoder les restes et s’armer de patience parmi les pilotes Yamaha.

Lin Jarvis, Yamaha Factory Racing

 



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Maverick Vinales, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP