Le soutien de Yamaha à ses pilotes bLU cRU se constate également dans la communication, comme le montre l’éclairage apporté sur Andy Verdoïa par le site Yamaha-Racing.com.


Andy Verdoïa recrue Yamaha bLU cRU WorldSSP en 2020

Ce fut une excellente première saison en Championnat du Monde FIM Supersport 300 pour la star de Yamaha bLU cRU Andy Verdoïa, qui a terminé en tant que rookie le mieux classé avec une quatrième place au championnat des pilotes 2019. Verdoïa a également été le vainqueur du Challenge Yamaha R3 bLU cRU, ce qui lui a permis de franchir une catégorie et de rouler avec la toute nouvelle Yamaha bLU cRU WorldSSP by MS Racing team.

Le Niçois a impressionné par sa régularité, terminant dans le top 10 dans huit des neuf manches, se battant régulièrement pour les victoires et montant sur le podium à Misano et Donington Park. Bien qu’il n’ait que 17 ans, Verdoïa roule non seulement avec maturité, mais a montré lors de sa formation bLU cRU qu’il est toujours désireux d’apprendre et de s’améliorer.

Parallèlement à ses activités de course l’année dernière, Verdoïa a été invité à l’événement Yamaha VR46 Master Camp, recevant une formation et des conseils de certains des meilleurs coureurs professionnels de Yamaha, y compris la légende Monster Energy Yamaha MotoGP, Valentino Rossi.

S’exprimant sur sa saison 2019, Verdoïa a expliqué son approche: «Je crois que j’ai été constant l’année dernière parce que je m’entraînais non seulement sur la moto mais aussi en gymnase, en cyclisme et d’autres activités. En plus de cela, j’ai travaillé en étroite collaboration avec l’équipe de coaching bLU cRU pour en apprendre plus, et obtenir des opportunités comme le VR46 Master Camp et la Yamaha bLU cRU Masterclass est super important.

Être avec des professionnels de Yamaha à la Masterclass Yamaha bLU cRU puis à l’événement VR46 Master Camp à Tavullia l’année dernière m’a vraiment beaucoup aidé, en particulier le Master Camp car il a eu lieu au début du championnat. Vous comprenez ce qu’il faut pour être un pilote professionnel au niveau des championnats du monde, pas seulement sur la piste mais dans tous les aspects. Après cela, j’ai senti mon pilotage s’améliorer ainsi que ma régularité sur la moto. »

 

 

Au cours de la saison dernière, Verdoïa a toujours gardé à l’esprit le WorldSSP en 2020 et a donc commencé à tester la Yamaha R6 600cc au début de l’année. Cela lui a permis d’être plus à l’aise sur la moto, d’adapter son style de pilotage et de s’assurer qu’il était le mieux préparé pour passer à l’étape supérieure.

« Très tôt la saison dernière, je savais déjà que mon objectif était de monter en 600 pour cette année et, grâce à l’expansion du projet bLU cRU Yamaha en 2020, j’ai eu la chance de pouvoir faire exactement cela », a déclaré Verdoïa. « Évidemment, vous devez vous entraîner plus dur parce que vous ne pouvez pas conduire de la même manière que vous le feriez avec la 300. Mon coéquipier Yamaha bLU cRU Galang [Hendra Pratama] m’a beaucoup aidé aussi, parce qu’il est plus agressif sur la moto, ce dont vous avez besoin lorsque vous êtes sur la R6. C’est bien aussi car nous sommes en mesure de partager des données et d’apprendre les uns des autres, ce qui aide à trouver ces quelques dixièmes de seconde supplémentaires. »

Au cours de l’hiver, en préparation pour ses débuts au WorldSSP, Verdoïa a continué à intensifier sa formation, en travaillant avec un entraîneur personnel sur sa condition physique et avec le personnel d’entraîneurs bLU cRU de sa circonscription. Le jeune français a profité au maximum du programme Yamaha bLU cRU, qui lui a non seulement fourni des objectifs de formation grâce à l’équipe de coaching, mais lui a également donné accès à des conseils professionnels et au soutien des ambassadeurs Yamaha bLU cRU, tels que le pilote du WorldSBK Michael van der Mark , et l’expérimentée équipe GMT94 Yamaha WorldSSP.

« Parce que vous n’êtes pas sur la moto chaque semaine pendant l’hiver, vous devez vous assurer que vous êtes toujours en forme et en bonne santé lorsque vous ne roulez pas », a poursuivi Verdoïa. « J’ai participé à cinq tests sur la 600, ainsi qu’à deux avec la moto du Championnat du Monde Supersport. Ce n’était pas trop difficile de se mettre à niveau, mais le dernier dixième est difficile à trouver. C’est pourquoi c’est formidable d’avoir le soutien du personnel d’entraîneurs de bLU cRU ainsi que celui de mon entraîneur personnel Sébastien Gimbert. »

Environ une semaine avant le test officiel de Philip Island, Verdoïa a été contraint de subir une opération au bras. Malgré cela, le jeune Français a profité de l’événement de deux jours pour reprendre confiance en la moto: « À part quelques courbatures après pas mal de tours, mon bras ne se comportait pas trop mal. Je savais que j’étais prêt et mon objectif était simplement de rallier l’arrivée. »

C’était la première fois que Verdoïa courrait à Philip Island, donc non seulement il découvrait un week-end de course en WorldSSP, sur une nouvelle moto, mais il le faisait également dans un lieu inconnu. Comment cela a-t-il changé son approche?

« Moi, Galang et l’entraîneur de bLU cRU, Joey Litjens, avons parcouru la piste plusieurs fois ensemble, en parcourant chaque virage, étape par étape. Vous devez vous rappeler que c’était aussi la première course de l’équipe, nous avons donc tous appris ensemble et pris conseil auprès de l’expérimentée équipe Yamaha GMT94. C’est évidemment totalement différent de ce que vous voyez à la télé ! Il était vraiment important de comparer les données entre moi et mon coéquipier. Vous ne pouvez pas simplement essayer de faire seul, c’est un effort d’équipe. »

 

 

« La piste en elle-même n’est pas très difficile à parcourir », a déclaré Verdoïa à propos du circuit de Grand Prix de 4,445 kilomètres qui comporte 12 virages. « Ce n’est pas si facile de trouver quelques dixièmes supplémentaires, en particulier à la fin du tour. C’est assez rapide et fluide, donc si vous perdez un peu dans un virage, cela peut rapidement vous coûter quelques dixièmes au cours des prochains virages. »

Lors de la manche d’ouverture en Australie le week-end suivant, Verdoïa a clairement progressé et, après une séance d’essais d’ouverture sur piste mouillée, le pilote #25 était confortablement dans le top 20 lors des FP2 et FP3 sur les nouveaux pneus slicks.

 

Après avoir encore amélioré son temps en qualifications, Verdoïa a profité d’une course mesurée pour terminer 15e et décrocher son premier point en WorldSSP.

« Mon premier objectif pour cette saison était de marquer un point, donc y parvenir lors de la première manche, sur une piste que je n’avais jamais vue auparavant, peu importe la course, c’était super pour moi, pour l’équipe Yamaha et l’ensemble du programme bLU cRU. Je vais encore apprendre la moto tout au long de cette saison, c’est donc un bon point de départ et, plus important encore, nous avons rallié l’arrivée sans aucun problème. Comme je l’ai dit, être rapide n’est pas trop difficile, mais être vraiment rapide sur toute une course est une tâche difficile. »

« Il est maintenant temps de s’améliorer régulièrement. Je n’ai pas de gros objectif cette saison, mais je veux être parmi les premiers dès que possible. La compétition à ce niveau est très rude, mais j’espère que nous pourrons parfois entrer dans le top 10. Je dois d’abord m’améliorer, puis nous essaierons de nous battre pour obtenir de bons résultats.»

Suivez la saison WorldSSP 2020 du pilote Yamaha bLU cRU WorldSSP by MS Racing Andy Verdoïa sur yamaha-racing.com, et restez à jour via son Instagram , sa page Facebook et Twitter .

 



Tous les articles sur les Pilotes : Andy Verdoïa