Le pilote britannique de l’équipe Pramac a effectué un excellent début de saison, qui le voit pointer à la quatrième place du classement du Championnat du Monde provisoire, à seulement trois points du troisième Andrea Dovizioso.

A Losail, Redding se classait en septième position, à moins de trois secondes des trois pilotes qui le précédaient : Marc Marquez quatrième devant Dani Pedrosa et Aleix Espargaro. En Argentine, Scott finissait à la huitième place, juste devant Jack Miller, Karel Abraham et Loris Baz. Sa quatrième position actuelle au classement général est tout simplement fantastique puisqu’il est deuxième pilote Ducati (à trois points du premier Dovizioso), mais surtout devant toutes les Honda.

Pourtant d’après Redding, sa situation pourrait être meilleure si sa Desmosedici GP16 posait moins de problèmes lors des premiers tours. Ainsi ses premières boucles à Termas de Rio Honda n’ont pas été simples, mais il estime avoir eu sa part de chance. « J’en ai effectivement eu un peu avec quelques gars qui ont chuté. C’est ainsi que le gâteau s’affaisse parfois. J’ai lutté. J’ai beaucoup lutté avec le pneu au début sans renoncer. Je devais juste trouver mon rythme. J’ai dû travailler dur pour cela.

« Ça a été une course difficile. Si nous avons un week-end compliqué, nous devons aller chercher un top 12 ou un top 10. Pour finir huitième avec quelques chutes. S’il n’y avait pas eu de chute, j’aurais fini douzième, donc j’étais content. Nous devons faire un peu de travail au début de la course pour ne pas les laisser partir. C’est là que je perds la majeure partie de mon temps. Au milieu de la course, ça semble tout à fait correct. J’ai besoin d’obtenir plus d’adhérence dès le début.

 capture

« Il n’y en avait tout simplement pas. Jusqu’à ce que le niveau du carburant soit descendu, je ne pouvais pas trouver mon rythme en 1’40 moyennes. C’était ma cible. Ensuite, le carburant a baissé et j’y suis parvenu. J’ai réussi à rattraper Miller et je me sentais bien. Ensuite, tout à coup, le pneu arrière a lâché, en particulier du côté gauche. Il n’y avait plus aucune adhérence.

« Avant d’entrer dans la ligne droite de derrière, je rentrais fort dans le virage, touchait le vibreur intérieur, tournait, relevait, et essayait d’utiliser la puissance du moteur. Mais ça patinait. Quand je me mettais à plat sur le réservoir, je posais mes fesses sur la selle pour appuyer sur le pneu. Ainsi, j’avais du grip. 

« Donc, c’était plutôt mauvais, mais c’est pour ça que je suis content parce que je pouvais facilement  perdre trois positions avec les gars derrière moi. Je n’ai pas abandonné. J’ai dû puiser profondément en moi-même, utiliser ma tête, utiliser ce pneu avant, défendre et être fort en même temps.

 17546662_10155306370428304_8370126678655608543_o

« Miller m’a passé à deux tours de la fin et j’ai pensé : «Fuck that, je n’abandonne pas aussi facilement ». Il y avait un petit écart. J’ai pensé : « Fuck it, fonce ! » Je suis repassé devant. J’ai eu un peu plus de confiance avec le pneu avant que lors du tour précédent, alors j’ai utilisé cela lors de l’entrée en virage.

« Puis le dernier tour est arrivé. J’ai pensé que ça allait mal se finir. J’attendais sa roue avant et si je l’avais vue, j’aurais fermé la porte. Heureusement, je dois l’avoir effrayé un peu ou m’être mis un peu à l’abri en freinant fort. Je l’ai retrouvé sur la ligne d’arrivée. »

11137115_10153370422078304_3631148306386574176_n

Photos et source Pramac Racing Limited



Tous les articles sur les Pilotes : Scott Redding

Tous les articles sur les Teams : Marc VDS Racing Team