Lors de la FP2, la deuxième GSX–RR d’Alex Rins présentait un cadre dont les longerons étaient recouverts de carbone.

Au vu de la forme de ces “renforts-protections”, épousant la moindre aspérité des soudures, on peut supposer que ceux-ci ont été moulés directement sur le cadre.

La question est donc de savoir s’ils ne constituent qu’une simple protection en cas de chute ou apporte une rigidité supplémentaire en étant collé sur l’aluminium.

On se rappelle qu’une telle solution avait été utilisée par Suter en Moto2 en 2012 avant d’être abandonnée.

D’autre part, on sait que depuis 2016 Suzuki joue sur la rigidité de ses support-moteurs en alternant des éléments en carbone et en aluminium au gré des circuits.

Il ne serait donc guère très étonnant qu’ils testent une telle solution, « juste pour voir »…

Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar