1988, circuit Paul Ricard, Grand Prix de France.

Aux essais, Christian Sarron réalise la pole position devant Wayne Gardner.

Avant même l’extinction du bref feu rouge, Niall Mackenzie (Honda) vole le départ et s’empare de la tête, mais la course est autorisée à continuer et aucune pénalité n’est distribuée par les officiels, la manœuvre étant assez commune à l’époque.

Dès la longue ligne droite du Mistral, Wayne Gardner utilise la puissance de sa Honda officielle pour remettre les pendules à l’heure, entraînant avec lui Kevin Schwantz (Suzuki), Niall Mackenzie (Honda) et Wayne Rainey (Yamaha). Dans la courbe de Signes, une altercation a lieu entre Schwantz et Gardner, ce qui permet au premier de prendre la tête et à Christian Sarron (Yamaha) de se repositionner en seconde position. Sa Yamaha souffre en ligne droite mais est particulièrement agile dans les courbes…

Le Français s’empare du commandement avant la fin du premier tour, se fait une chaleur, mais ne lâche rien … jusqu’à la ligne droite où Gardner revient comme un boulet de canon avant d’élargir à nouveau dans Signes !

La suite de cette fabuleuse course, y compris son finish à rebondissement du à un écrou vagabond qui rentre dans une pompe à eau, vous pouvez la visionner ci-dessous, mais sachez que, 30 ans après, Wayne Gardner reviendra affronter amicalement Christian Sarron au même endroit, lors de la 10ème édition de la Sunday Ride Classic.

Comme à l’époque, l’Australien sera sur une Honda 500cc 2-temps, le Français sur une Yamaha, avec peut-être une surprise supplémentaire…

Cerise sur le gâteau, Remy Gardner, actuellement pilote Moto2 au sein du team Tech3, prendra également la piste. Et, au vu de sa superbe prestation en 2-temps lors du dernier Superprestigio, il ne devrait pas amuser la galerie…

Rejoignez-nous donc à la Sunday Ride Classic, les 24 et 25 mars sur le circuit Paul Ricard !

Billetterie

Site officiel Sunday Ride Classic

Page Facebook


Tous les articles sur les Pilotes : Remy Gardner

Tous les articles sur les Teams :