Après 5 semaines de trêve estivale, les vacances d’été sont terminées et le Red Bull Ring va accueillir les 2 prochains Grands Prix. Le tracé Autrichien est un lieu unique, testant chaque élément des performances des MotoGP, de l’accélération au freinage en passant par la stabilité et l’agilité. Et pourtant, c’est l’un des circuits les plus simples du calendrier.

Accélération, vitesse de pointe, freinage, il faut être performant dans chacun de ces domaines pour conquérir le Red Bull Ring.

 

 

Tout d’abord, le freinage. Le Red Bull Ring possède les zones de freinage les plus impressionnantes du calendrier. Sur ce tracé, il y a 4 points de freinage qui poussent les étriers et les disques Brembo à leur limite.

Avec différentes options de disques et d’étriers parmi lesquelles choisir, les équipes adoptent généralement les disques et les étriers les plus puissants, car ils sont plus à même de dissiper la chaleur créée lors de freinages violents répétés.

L’année dernière, nous avons souvent vu des pilotes sortir au virage 4. Celui-ci arrive à la fin de la deuxième des longues lignes droites du Red Bull Ring. Après avoir dû freiner à partir d’une vitesse de plus de 300 km/h dans le virage 3, les coureurs accélèrent ensuite jusqu’à 300 km/h et plus pour freiner fortement à nouveau dans le virage 4. Avec si peu de temps pour ramener les températures des disques et des étriers à des niveaux normaux, les pilotes peuvent parfois avoir des soucis dans ce dernier virage car les freins ont surchauffé, ce qui les empêche de fonctionner à leur niveau maximum.

 

 

Ce sont les disques de grande masse que l’on voit si souvent les pilotes utiliser. Leur grande surface leur permet de très bien dissiper la chaleur créée lors du freinage. Ces disques sont devenus la référence pour les pilotes MotoGP cette saison, il est donc probable que beaucoup les utiliseront également en Autriche. Cependant, Brembo a développé quelque chose que nous pourrions voir sur la piste lors d’un week-end officiel de Grand Prix pour la première fois cette semaine.

 

 

La plupart des pilotes ont testé ces disques avec fentes lors des tests officiels MotoGP cette saison. L’idée est d’augmenter la surface pour faciliter encore plus le refroidissement. Ils sont apparus notamment lors des tests officiels en Catalogne, et tous les pilotes ont fait des retours très positifs à leur sujet.

Une autre chose à souligner ici sont les étriers. Ils ont des ailettes de refroidissement sur leur extérieur. Quasiment tous les pilotes les utilisent cette année, sauf KTM.

 

 

La plupart du temps, nous avons vu les pilotes KTM utiliser les étriers à masse élevée, vus ici sur la RC16 de Brad Binder. Nous savons que la KTM freine assez fort, mettant beaucoup de poids à l’avant, ce qui oblige Brad Binder et Miguel Oliveira à utiliser les étriers à masse élevée juste pour aider à les maintenir dans la plage de température fonctionnement idéale.

Il est probable que de nombreux pilotes choisiront la même option d’utiliser les étriers à masse élevée ce week-end en Autriche pour faire face à la pression supplémentaire sur les freins. L’année dernière, Yamaha a choisi d’utiliser les étriers standard pour les deux week-ends et ils ont souffert de problèmes de freinage tout au long, Fabio Quartararo s’écartant souvent au virage 4 et Maverick Vinales ayant finalement dû s’éjecter de sa machine au virage 1 lorsque ses freins ont surchauffé.

 

 

L’Autriche n’est pas seulement une question de freins, c’est aussi une question d’accélération et de puissance. Ce n’est pas un hasard si Ducati, la moto qui établit si souvent la référence en matière de vitesse de pointe, a remporté 5 des 6 courses ici pendant l’ère MotoGP. Une autre machine qui fait parler la poudre au Red Bull Ring est la KTM, notamment avec Miguel Oliveira l’année dernière. Cette année, le prototype de l’usine de Mattighofen n’est pas en reste en ligne droite non plus.

Ce week end en Autriche, il va falloir accélérer fort et freiner encore plus, tout en prenant en compte également les derniers virages plus rapides et fluides. La seconde moitié de saison est prête à être lancée.

 

Miguel Oliveira dépasse Jack Miller et Pol Espargaro dans le dernier virage du Grand Prix de Styrie

Photos : Dorna Sports