Dans la première partie de ce dossier, nous avons examiné le développement de KTM depuis sa première apparition en Grand Prix en 2016, jusqu’à la fin de la saison 2018.

Nous allons maintenant nous attarder sur sans nul doute la plus grande année de l’usine autrichienne : 2019. Ce fut une année marquée par des progrès énormes et d’énormes pièges. Avec la signature de Johann Zarco, l’équipe comptait désormais deux pilotes de renom, il semblait que toutes les pièces du puzzle étaient en place pour que KTM commence à intégrer le top 5.

L’ajout d’une équipe satellite avec l’arrivée de Tech3 Racing a également aidé, doublant la quantité de données qu’ils ont pu collecter. Cependant, cette année ne s’est pas passée comme espérée par KTM, mais dans cet article, nous verrons pourquoi c’était une bénédiction déguisée.

 

 

L’une des plus grandes pièces du puzzle de l’année dernière était l’introduction d’un bras oscillant en carbone.

Dès que les pilotes l’ont testé, ils l’ont préféré à la version en aluminium. Pol Espargaro était extrêmement positif à ce sujet, affirmant que cela améliorait beaucoup l’arrière de la moto. Il a pu préserver ses pneus et augmenter leur durée de vie, mais cette nouvelle pièce a également facilité le changement de direction de la moto et mis moins de poids sur le pneu lors de l’accélération.

Ce fut un énorme succès et après que les pilotes aient commencé à courir avec, leurs résultats se sont régulièrement améliorés.

 

 

KTM a élargi son projet de GP en 2019 en incluant une équipe satellite, Tech3 Racing. Tech3 est une équipe incontournable du paddock depuis 20 ans. Leurs connaissances et leur professionnalisme étaient parfaits pour KTM.

Avec deux pilotes supplémentaires, KTM pouvait tester plus de pièces et récupérer plus de données sur leur RC16 afin d’améliorer la moto.

 

 

Lors de la saison 2019, la moto avait changé par rapport à la saison précédente : un nouveau carénage aérodynamique, un nouveau bras oscillant, de nouveaux échappements et un nouvel ensemble selle/coque arrière. Le châssis de la moto avait également subi de nouvelles modifications et un nouveau réservoir de carburant est apparu pour modifier la centralisation des masses de la moto.

Tout était prêt chez KTM, mais la nouvelle recrue de l’époque, Johann Zarco, a eu du mal avec la maniabilité de la RC16. Ses commentaires ont suscité de multiples modifications de châssis alors pour essayer de rendre la RC16 plus facile à dompter.

En regardant attentivement le cadre, en particulier au-dessus du pivot du bras oscillant, on s’aperçoit que cette zone a changé plusieurs fois tout au long de la saison 2019.

 

 

Voici le carénage aérodynamique utilisé par les pilotes en 2019. Au cours de l’année, le carénage a gardé sa forme, avec les parties plates sur les côtés mais avec l’ajout de deux ailes courbes.

 

 

Voici le prototype de tests que Dani Pedrosa a utilisé lors du test de mi-saison à Misano. Pedrosa a été l’un des plus grands succès de KTM. En le signant après sa retraite, Dani s’est avéré être l’une des plus grandes armes que KTM ait dans son arsenal alors qu’il développait sa RC16.

Au niveau du cadre, juste au-dessus du pivot du bras oscillant, on note la présence d’un boulon supplémentaire qui n’existait pas auparavant.

 

 

Voici un autre cadre modifié. Nous pouvons voir un support de moteur juste au-dessus du pivot du bras oscillant, mais il n’y a en fait aucun boulon de moteur dedans. Zarco a souvent essayé cela et il a cherché à obtenir les caractéristiques de flexion différentes.

 

 

Voici ce même cadre au test de fin de saison à Jerez. Vous pouvez voir clairement ici que le support de moteur a un boulon. Cette moto appartient en fait à Brad Binder. Au lieu de le faire rouler immédiatement sur le nouveau châssis à la fin de l’année dernière, ils ont décidé de le laisser se familiariser avec l’ancienne moto avant de lui faire tester la nouvelle RC16 2020.

 

 

Et voici ce nouveau châssis. La poutre principale est maintenant beaucoup plus grande, ayant une forme ovale qui contribue à la stabilité du freinage et de l’accélération tout en maintenant la flexion latérale pour améliorer le passage en courbe.

Lorsque le nouveau prototype a été dévoilé, Pol Espargaro a été ravi de sa qualité, affirmant qu’il était meilleur dans presque tous les domaines. Il tournait mieux, s’arrêtait mieux et leur permettait d’utiliser la puissance du moteur de la RC16 beaucoup plus facilement.

 

 

L’un des changements les plus visibles que nous ayons vus de KTM était leur nouveau carénage aérodynamique pour 2020. Surnommé le carénage en dents de requin, la moto a maintenant un look beaucoup plus agressif. La nouvelle prise d’air a été conçue autour d’une nouvelle boîte à air et d’un nouveau moteur pour en extraire autant de chevaux que possible.

Les nouveaux ailerons étaient beaucoup plus grands et semblaient suivre le design que Honda et Suzuki avaient adopté.

Mais la caractéristique vraiment intéressante de ce carénage est les dents de requin. Les bords dentelés qui empêchent la formation de grands tourbillons en les cassant en plusieurs plus petits pour augmenter l’efficacité aérodynamique.

 

 

Alors, quel a été le résultat de tous ces changements ? Cela les a amenés à remporter leur toute première course en catégorie reine il y a à peine une semaine.

L’histoire de KTM est remarquable. Après seulement quatre ans dans la catégorie reine, ils ont remporté leur première victoire. La victoire de Binder dimanche n’a pas seulement réalisé le rêve d’un pilote, elle a réalisé le rêve de toute une usine. Brad Binder et KTM ont gravé leur nom dans l’histoire des courses de motos



Tous les articles sur les Pilotes : Brad Binder

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP