Le dernier des neuf jours d’essais IRTA était évidemment le plus important car il a permis d’établir une hiérarchie assez claire des forces en présence pour ce début de saison 2016. Oubliés les choix de châssis, de moteurs, de boîtes et même de réglages; on prend la meilleure, ou la moins pire, des solutions et on attaque au maximum pour aligner son meilleur tour.

Le résultat, vous le connaissez; il y a Jorge Lorenzo, puis les autres. Voilà pour la situation instantanée.

Est-ce à dire que le pilote majorquin va finir premier du Grand Prix, devant Scott Redding, Maverick Vinales, Marc Marquez et Valentino Rossi? Non, bien sûr, ce serait trop simple. On sait par exemple que le pilote italien est plus une bête de course qu’un missile aux essais…
Pour avoir une autre vision des possibilités de chacun, nous nous sommes intéressés aux simulations de course de chacun, là ou la régularité compte davantage qu’une belle performance sur un seul tour.

Voilà le résultat

Analyse :

 

Jorge Lorenzo a terminé sa séance par cette splendide simulation de course, alignant 21 tours dont une superbe série entre 1’56.0 et 1’56.1. Il reste donc l’homme fort actuel du paddock, d’autant que sa déclaration sur ses performances laisse rêveur: “j’ai fait quelques tours dans les 1’55 alors que je n’avais pas le meilleur pneu à l’avant. Avec le tendre, j’aurais pu aller beaucoup plus vite et nous avons eu du graining. Ce pneu ne sera probablement pas proposé pour le week-end de course parce que Michelin prévoit de changer pour un pneu un peu plus dur et un pneu un peu moins dur que celui que j’ai utilisé pour ma simulation de course. Avec le pneu intermédiaire à l’avant j’aurais pu aller encore plus vite.”

Les deux pilotes qui le suivent, au classement général, Scott Redding et Maverick Vinales, n’ont pas fait de simulation de course, laissant ainsi le doute sur leurs aptitudes lors du Grand Prix…

Vient ensuite Marc Marquez, avec “seulement” une simulation de 12 tours. Mais quels tours!
Surprise: avec 2 chronos en 55 “pur jus”, le pilote Honda s’affirme sans conteste comme un prétendant probable à la victoire du premier Grand Prix de la saison, et ce malgré des débuts de test difficiles. Qui aurait cru cela possible, il y a encore quelques jours?
Marc Marquez: “Nous avons fait de gros changements qui m’ont permis de commencer à gagner en confiance, en roulant à un bon rythme derrière Jorge (Lorenzo) mais aussi tout seul. Ce n’est cependant pas suffisant, nous devons davantage progresser mais après aujourd’hui je suis plus confiant pour la course. Hier, j’étais inquiet de notre niveau parce que je n’avais ni rythme ni confiance et aujourd’hui nous avons bien avancé. Je suis donc content du résultat final de ce dernier test de présaison.”
Valentino Rossi a également limé le bitume qatari, mais a gâché une belle (petite) série de “tout petits 1’56” par deux tours en 2 minutes. On peut toutefois faire confiance au pilote Yamaha pour ne pas reproduire cela en course et nous avons retiré ces deux tours de notre graphique pour constater un rythme en course équivalent à celui de son coéquipier.
Valentino Rossi: “Dans la dernière heure, nous avons amélioré nos réglages. Mon meilleur tour n’était pas si mauvais mais chose la plus importante, j’avais un bon rythme durant ma simulation de course. Je pense que le début de saison ne sera pas évident. Les autres semblent avoir progressé depuis les premiers tests. Le Grand-Prix du Qatar devrait être assez disputé mais pas de crainte à avoir, nous sommes compétitifs.”
Andrea Iannone a également fait une belle série de 17 tours dans les 1’56, seulement entachée par un 2’03 que nous avons retiré. On voit néanmoins que ses chronos deviennent plus irréguliers après une dizaine de tours.

Andrea Iannone: “Je suis confiant. Je pense que nous pouvons encore hausser d’un ton. Ce vendredi, je n’ai pas trop cherché à attaquer. Je n’ai d’ailleurs pas utilisé mon pneu arrière tendre pour signer mon chrono. Je ne suis pas inquiet pour ma position au classement car nous n’avons pas travaillé là-dessus. Je me suis plus préparé pour la course.”

 

Cal Crutchlow et Andrea Dovizioso ont fait de belles petites séries en 1’55 mais trop courtes pour que l’on puisse prendre cela comme des simulations de course.
Par contre, Pol Espargaro a aligné 17 tours et, à l’inverse d’Andrea Iannone, ceux-ci se sont montrés de plus en plus rapides pour rejoindre le rythme de Jorge Lorenzo; une belle et bonne surprise pour le team Tech3, même si, pour le moment, le passé en MotoGP du pilote de Granollers ne plaide pas en faveur d’une bataille pour la victoire!

Pol Espargaro: “Ici, nous n’étions toujours pas particulièrement forts sur les tours rapides, mais la chose la plus importante est que j’ai été un des rares pilotes a avoir fait une simulation de course et notre rythme était très fort. Nous avons aussi pu finaliser notre choix de pneu et le pneu que j’ai utilisé était bon. En fait, nous avons roulé deux tours de plus que la distance de la course. Le seul problème lors de cette simulation a été l’interruption à cause du drapeau rouge. Cependant, quand je suis rentré au box, nous n’avons pas touché du tout à la moto et quand je suis sorti de nouveau, j’ai pu améliorer mon temps. En réalité, j’ai fait mes tours les plus rapides après avoir couvert la distance complète, ce qui est quelque chose que je n’ai jamais pu faire avec des pneus Bridgestone, mais avec Michelin, on peut. Donc, je me sens très à l’aise et je suis impatient de commencer la saison ici au Qatar. Honnêtement, je m’attends à ce que la qualification soit délicate pour nous, mais dimanche, je suis sûr que nous pourrons faire des choses bien. “

 

Pour l’anecdote, on notera également une très longue simulation de Michele Pirro, mais dans les “gros 1’57”.