Après des débuts météoriques dès la première course au Qatar, les leaders des Championnats du Monde sont maintenant serrés de près par les sept petits nains, ou tout au moins par les sept petits points qui séparent désormais en MotoGP Maverick Vinales d’Andrea Dovizioso, et en Moto2 Franco Morbidelli de Tom Lüthi. Pour Vinales comme pour Morbidelli, la consigne est claire : pas d’erreur, car l’adversaire n’est pas loin, prêt à bondir.

Thomas Lüthi a fait un début de saison exemplaire de régularité. Il s’est déjà constitué une belle collection de bouteilles de pétillant avec six podiums en sept courses. C’est le seul, toutes catégories confondues. En termes de vélocité lors des qualifications, il reste encore une marge de progression, avec seulement deux premières lignes cette année, dont la pole position au Mans, 0.02 devant Francesco Bagnaia et 0.1 devant Franco Morbidelli.

Avec seulement sept points de retard sur le leader du Championnat, et 6 podiums en 7 courses, le pilote CarXpert Interwetten peut évidemment viser le Championnat. Seul petit défaut à sa cuirasse, il n’a pas encore gagné de GP cette année. Ce n’est pas forcément rédhibitoire, comme diraient Valentino Rossi et Jorge Lorenzo qui sont dans la même situation, mais une petite première place de temps en temps ne pourrait que rapprocher l’Helvète du but final.

D’autant plus qu’Alex Marquez s’est désormais approché à 13 points. Alors Tom, ce titre ? « La régularité est la clé du succès dans la catégorie Moto2. Néanmoins, j’aimerais monter sur la plus haute marche du podium.

« Mon plan à Barcelone était de prendre un bon départ et peut-être de casser le rythme en doublant Alex. Mais le contraire s’est produit. Les autres gars ont brisé mon rythme.

« J’ai dû me battre et j’ai perdu trop de places au début. Cela a peut-être mis trop de stress sur les pneus et j’ai eu des problèmes avec le pneu avant. Pourtant, j’ai été de retour sur le podium, ce qui m’a rendu très heureux

« C’est beaucoup une question de mentalité, de confiance en soi et en la moto. Le fait que je reste cool a certainement à voir avec mon expérience. Je suis aussi plus en forme que jamais, même si j’ai 30 ans. Je pense que nous avons maintenant une meilleure base. On est dans le coup. »

Photos © carXpert-Interwetten

Source : speedweek.com



Tous les articles sur les Pilotes : Thomas Luthi

Tous les articles sur les Teams : CarXpert Interwetten