De la rédaction de Corsedimoto.com

Franco Morbidelli et Francesco Bagnaia sont sortis de « l’Université » de Valentino Rossi et ont remporté le Moto2. A qui le tour à présent ?


La VR46 est en train de devenir une machine à Champions… du Monde ! Après Franco Morbidelli et Francesco Bagnaia, l’académie fondée par Valentino Rossi s’apprête à lancer d’autres talents qui pourraient marquer l’avenir du Mondial. Paolo Ianieri, reporter MotoGP pour La Gazzetta dello Sport, a visité les locaux de la plus prestigieuse « Université de la Moto » de la planète. Voici l’article qu’il a publié dans La Gazzetta dello Sport du mardi 4 décembre.

« Qu’est-ce que la VR46 ? Le jardin où cultiver nos rêves. Un endroit où, avec du travail et des efforts, nous avons la possibilité de créer. Et nous sommes chanceux car nous sommes un groupe d’amis qui partage tout cela » dixit Alberto Tebaldi, l’un des responsables de la VR46. Le concept est né en 2008 pour produire les vêtements de Valentino Rossi et aujourd’hui il s’est transformé en une entreprise de 3200 mètres carrés faisant travailler plus de quatre-vingt personnes et avec un chiffre d’affaire d’environ 20 millions d’euros par an. En plus du merchandising de Rossi, elle s’occupe de celui de plein d’autres pilotes (Viñales, Mir, Crutchlow et Rins, parmi tant d’autres), mais également de Lamborghini et Monster, avant de s’agrandir en créant la Riders Academy ainsi que des teams en CEV, Moto3 et Moto2 (cette année il y aura aussi une équipe en CIV) en plus, bien évidemment, du Motor Ranch. Tout cela, effectivement, est le jardin de jeunesse éternelle de Rossi qui, en s’entourant de certains des meilleurs jeunes pilotes, a contribué à relever le niveau du motocyclisme italien.

Aujourd’hui, l’Academy compte onze pilotes, dont deux, Franco Morbidelli et Francesco Bagnaia, sont parvenus au titre Mondial Moto2 et évolueront en MotoGP en 2019. Si les deux hommes et Valentino représentent la partie visible de l’iceberg, la base invisible est solide et prometteuse. En effet, en Moto2, il y aura toujours Luca Marini, fraîchement opéré d’une épaule et qui tentera de partir à l’assaut du titre. Comme lui, Lorenzo Baldassarri évoluera aux avant-postes, tandis que Marco Bezzecchi et Nicolò Bulega devront prendre de l’expérience. En Moto3, on attend beaucoup de Dennis Foggia et Celestino Vietti Ramus, coéquipiers au sein du Sky Racing Team VR46. D’ici peu, Elia Bartolini et Lorenzo Bartalesi, qui courent actuellement en CIV Moto3 dans le team RMU, entreront à leur tour dans l’Academy.

Avec une victoire et cinq podiums, Baldassarri a été le meilleur italien après Bagnaia dans le Mondial. « En 2019, je veux le gagner. Nous avons le bon packaging, une moto compétitive, une équipe à la hauteur et un pilote prêt » a expliqué Lorenzo. « J’ai plus appris la saison passée qu’en quatre ans de Moto2, et les premiers tests se sont bien passés. L’accélération du moteur Triumph m’a surpris, il oblige à plus travailler sur la moto mais c’est une bonne base pour le MotoGP. »

Après avoir surpris en 2018 et s’être battu jusqu’au Grand Prix de Malaisie pour le titre Moto3, Marco Bezzecchi sera particulièrement observé en Moto2. « Les premiers tests officiels ont été difficiles, mais je m’y attendais, même si je m’étais entraîné avec la Yamaha R6 à Misano. Le moteur Triumph pousse beaucoup plus, il oblige à pencher d’avantage et à se redresser rapidement. Je pense que c’est une façon de piloter qui peut me convenir. » De son côté, Bulega aura-t-il sa revanche en 2019 ? « Je ne suis pas fini, au contraire de ce que beaucoup de gens disent. Je n’aime pas l’entendre, mais je m’en sers comme motivation » a expliqué Nicolò. « Ces deux dernières années ont été négatives, même si j’ai toujours donné le maximum. Le Moto2 est fait pour moi car, en Moto3, je commençais à avoir des bleus à force de devoir me cacher dans la bulle et c’était devenu une torture. »

En Moto3, il a suffi d’une course, celle de l’Australie, où il a terminé troisième, pour que le public découvre Vietti. « Mon mantra est de garder les pieds sur terre et de ne pas se laisser distraire, cette course n’a donc rien changé » explique Celestino, 17 ans, en quatrième année de professionnalisation en mécanique du moteur à une demi-heure de Turin. « Je souhaite terminer mes études, même si mener les deux de front est compliqué. Mes professeurs m’aident beaucoup. » En janvier il déménagera lui aussi aux alentours du siège de la VR46 « car s’entraîner avec ce groupe fait progresser. Mon objectif 2019 ? Être aux avant-postes. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Auteur : Rédaction de Corsedimoto

 

 

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams : SKY Racing Team VR46, SKY Racing Team VR46 Moto3