Par Mónica Collantes Fernández / Motosan

En cette période de confinement, Álvaro Bautista affronte de longues semaines à la maison, et le nouveau projet Honda dans lequel il s’est lancé semble toujours lointain à l’heure où aucune date de reprise du championnat ne peut pour le moment être annoncée.

La propagation du coronavirus a mis tout le monde au même niveau : celui du confinement et de l’attente. Álvaro Bautista n’échappe évidemment pas à la règle et passe ses journées chez lui, à Talavera de la Reina.

A l’inverse du MotoGP, le Championnat du monde Superbike a pu réaliser sa première manche, en Australie. Le pilote espagnol a ainsi disputé ses premières courses au guidon de la Honda, mais en raison du report de toutes les manches à venir dû à la pandémie, l’attente pour s’adapter complètement à la CBR1000RR-R se prolonge.

Pour rappel, Bautista n’est arrivé dans la catégorie que l’année dernière, chez Ducati. Cette première saison s’est conclue sur la deuxième marche du podium final avec un titre de vice-Champion du monde et de nombreuses victoires à la clé. Toutefois, le changement de constructeur opéré pour 2020 représentait un nouveau défi à relever et celui-ci n’est pas trop mal relevé pour le moment puisque l’Espagnol est reparti de l’Australie avec deux sixièmes positions et des temps pas très éloignés de ceux des pilotes de tête.

Néanmoins, il faut laisser du temps au temps et travailler depuis chez soi, en plus de répondre aux sollicitations des médias durant cette période de confinement. Bautista a ainsi répondu à une interview exclusive de Sky Sport. « Heureusement, nous allons bien », leur a-t-il déclaré. « Évidemment je ne peux pas sortir pour effectuer des entraînements techniques mais au moins je passe de bons moments avec mon bébé. Je profite de chaque instant avec elle. »

 

 

 

A côté de son bonheur tout récent de père, beaucoup de problèmes non résolus sont toujours d’actualité en ce début d’aventure avec Honda. En tant que projet relativement récent, l’adaptation est fondamentale : « Je confirme ce que j’ai dit en Australie : nous sommes à 30% et nous devons améliorer les sensations avec la moto. Le projet est nouveau, la moto est nouvelle et l’équipe aussi, il faut donc du temps. »

Bautista s’est également vu demander l’influence qu’a pu jouer Marc Márquez dans son choix de rejoindre le projet du HRC en Superbike, mais il est resté formel : « En réalité, ce n’est pas Marc qui m’a poussé. Il a essayé la moto et je lui ai demandé ce qu’il avait ressenti, mais c’était après que j’aie signé avec Honda. » Du côté du MotoGP, certains ont envisagé le fait que le numéro 19 puisse revenir et prendre la moto d’Álex Márquez en 2021 étant donné que le plus jeune des frères Márquez n’a un contrat signé que pour une saison. « Nous verrons ce qu’il se passera », a déclaré Bautista.

En plus de l’incertitude de l’avenir et de la reprise de la saison, la situation qui est en train de se créer en raison du coronavirus pose de nombreuses questions, à commencer par l’aspect économique. Dans le monde du football, les salaires des joueurs seront clairement affectés. « En WSBK nous n’avons pas encore abordé le sujet. Pour un footballeur qui gagne 20 millions d’euros, se voir en enlever trois ou quatre ne changera pas grand-chose. C’est différent pour nous », a reconnu le pilote espagnol.

Lire l’article original sur Motosan.es



Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista, Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team