Cinq Yamaha R1 prendront la piste du Motorland Aragon demain matin pour le premier week-end de course WorldSBK de la saison 2021. Bien que tout le monde soit heureux de reprendre les courses après une si longue pause hivernale, il y a aussi une certaine appréhension. Si les essais de pré-saison ont été extrêmement positifs, ce week-end sera la première véritable occasion de mesurer pleinement l’efficacité du programme de développement hivernal, puisque la Yamaha R1 se mesurera à ses rivales lors d’une course pour la première fois cette saison.

Mais que faut-il pour développer la Yamaha R1 en une machine WorldSBK gagnante en course ? Il faut certainement un travail d’équipe, avec tous les ingénieurs de Yamaha, les chefs d’équipe, les mécaniciens et les cinq pilotes qui ont travaillé sans relâche pendant les essais de pré-saison.

“Les essais de pré-saison ne sont pas seulement l’occasion pour les pilotes d’aller le plus vite possible, ou pour les équipes de travailler à fond pour réaliser le meilleur temps au tour, il s’agit aussi de développer la Yamaha R1 pour en faire la machine la plus compétitive possible en WorldSBK”, explique Andrea Dosoli, responsable des courses sur route chez Yamaha Motor Europe.

Le processus de développement commence en fait à la fin de la saison précédente, avec les commentaires des équipes et des pilotes recueillis lors des essais d’après-saison en Espagne.

“Nous avons eu un test réussi en novembre à Jerez avec les quatre pilotes et nous avons obtenu d’eux un retour très important de leurs demandes. Nous avons ensuite reporté ces informations à notre siège à YMRE et avons commencé à mettre en œuvre ce retour d’information et ces demandes dans notre programme de développement”, poursuit Dosoli.

“Le programme de développement doit tenir compte de plusieurs points. Le premier point concerne les ressources, telles que la main-d’œuvre et le budget interne. Un autre point est le calendrier, ce que nous aimerions introduire et quand. Nous développons une moto de course à partir d’une machine de série, nous devons donc garder à l’esprit les règlements techniques et leur évolution probable. Enfin, nous devons comprendre où Pirelli, le fournisseur officiel de pneus pour le WorldSBK, va en termes de direction de développement.”

“La responsabilité d’YMRE est de développer une moto de course à partir d’une machine de production comme la R3, la R6 ou, dans ce cas, la R1, puis de livrer les pièces de développement à chacune des trois équipes de course Yamaha en WorldSBK”, conclut Dosoli.

“Pour les équipes, les essais de pré-saison peuvent être divisés en trois phases principales”, explique le chef d’équipe de Garrett Gerloff au sein de l’équipe GRT Yamaha WorldSBK, Les Pearson. “La première phase concerne les nouvelles pièces de développement, la confirmation qu’elles offrent l’amélioration attendue et l’évaluation de leur impact sur les autres domaines de performance de la moto.”

“La deuxième phase consiste à travailler sur les principaux composants du châssis, par exemple, la géométrie du châssis, pour que la moto fonctionne dans une fenêtre aussi large que possible sur les différents circuits où nous courons. La dernière phase est celle des réglages personnalisés pour s’adapter à la fois au pilote individuel et aux caractéristiques de chaque circuit. C’est dans cette dernière phase que l’on recherche les derniers dixièmes de seconde pour être compétitif lors d’un week-end de course.”

Avec tant de choses à évaluer sur les motos dans le cadre du processus de développement continu, les essais de pré-saison sont une période chargée pour les mécaniciens de l’équipe, comme l’explique Pete Bancewicz, le mécanicien Pata Yamaha d’Andrea Locatelli avec Brixx WorldSBK.

“Pour les mécaniciens, la principale différence entre un week-end de course et les essais est la quantité de travail que vous devez accomplir pendant les essais. Il s’agit essentiellement de changement après changement après changement, toute la journée.”

“Lors des courses, nous n’avons qu’une seule moto dans le box, mais pendant les essais, nous utilisons deux motos pour nous permettre d’effectuer des changements sur une moto pendant que le pilote est sur l’autre, ce qui accélère évidemment le processus d’essai. La mécanique ne s’arrête jamais, c’est très prenant avec l’arrivée de nouvelles pièces et des changements constants dans les réglages de la moto, mais c’est ce que nous devons faire, et nous adorons ça !”.

Il ne reste plus que les pilotes. Leur rôle dans le processus de développement est évident ; ils doivent évaluer chaque changement apporté à la moto sur la piste et ensuite traduire ces changements en une amélioration de leurs temps au tour. Mais les essais ne concernent pas seulement la moto, comme l’explique Garrett Gerloff de GRT Yamaha.

“Pour moi, les essais de pré-saison sont un peu 50/50. La moitié du temps, je travaille sur moi-même et sur mon style de pilotage, j’essaie de comprendre comment je peux aller le plus vite possible sur la piste. L’autre moitié consiste à travailler sur les changements qui ont été apportés à la moto, à évaluer les sensations, à évaluer si c’est mieux ou pas, tout en essayant d’être aussi rapide et régulier que possible.”

“C’est un peu difficile parfois, car il y a énormément de choses qui se passent dans ma tête, mais c’est toujours intéressant de faire des tours d’essai et de simplement travailler sur soi-même parce que nous n’avons pas vraiment beaucoup de temps pour le faire pendant un week-end de course.”




Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Locatelli, Garrett Gerloff