De Rubén Gómez Pena / Motosan.es

Ana Carrasco s’entretient avec Motosan.es deux semaines avant de commencer la défense de son titre Supersport 300 obtenu en 2018.

Ana Carrasco (Cehegín, 1997) a une belle carrière devant elle, mais elle est déjà entrée dans l’histoire. Depuis le 30 septembre 2018, elle est la première femme à avoir remporté un championnat du monde de vitesse, en remportant la couronne Supersport 300 par un point devant un autre Espagnol, Mika Perez. Aujourd’hui, à moins de deux semaines avant le début de la saison 2019 en Aragon (ndlr, interview réalisée le 24 mars), l’Espagnole parle à Motosan de ses nouveaux objectifs.


Question : Comment se passe la pré-saison ? Quels sont vos sentiments ?

Réponse : Nous avons encore les trois derniers jours à Jerez, mais pour le moment tout va bien. Nous travaillons sur le règlement de l’an dernier parce que le nouveau n’a pas encore été publié. Aussi, je suis en train d’améliorer les chronos de 2018, donc je suis très contente en ce moment.

Q : Sur le plan technique, quels sont les changements par rapport à l’équipe de l’an dernier ?

R : Il y a des changements, il y a beaucoup de changements. C’est pratiquement une nouvelle équipe et la seule personne qui reste dans l’équipe technique est Jordi Caparrós, qui m’a accompagné l’année dernière et est maintenant le team manager. Il y a aussi mon entraîneur de l’année dernière, Mario. Les autres sont nouveaux.

Q : Est-ce que gagner un Championnat du Monde a changé votre vie ?

R : Je l’ai remarqué surtout à la fin du championnat. C’était une sorte de révolution. Maintenant que cinq mois se sont écoulés, je suis plus calme. Oui, j’ai plus de contraintes que les autres années, mais c’est quelque chose qui fait partie du travail.

Q : Quelle est la différence entre la vie quotidienne d’une personne qui a été championne du monde et celle qui ne l’a pas été ?

R : Je ne pense pas qu’il y ait tant de différences. Il est clair que je suis mieux connue, surtout au niveau national, et il m’arrive parfois d’être reconnue dans la rue. Mais ma vie quotidienne et ma philosophie de travail sont toujours les mêmes, même si au niveau sportif, il est évident que j’ai plus d’opportunités.

Q : Que vous rappelez-vous de cette dernière course à Magny-Cours ?

R : C’était une course très difficile, jouer le championnat de si loin, c’est quelque chose qui complique beaucoup les choses. La seule chose que je pouvais faire était de rester calme, de faire ma course et de regagner des positions. J’admets que la chance a un peu été de mon côté et que les circonstances étaient ainsi. Mais sur l’ensemble de l’année, nous avons eu une très bonne saison, nous avons dû subir un changement de règles au milieu de l’année, et je pense que nous méritons de gagner.

Q : Quelle a été la première chose qui vous a traversé l’esprit lorsque vous avez franchi la ligne d’arrivée ?

R : Honnêtement, quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, je ne savais même pas si j’avais gagné… Quand je l’ai su, j’ai été très excitée. J’ai pensé à tout le mal que j’avais eu pour y arriver. Samedi, je voyais le championnat pratiquement perdu et la victoire de dimanche a été remportée par tous ceux qui m’avaient aidé : l’équipe, mais aussi tous ceux qui m’y avaient aidé pendant tant d’années.

Q : Cette année, l’objectif est de conserver le titre, mais qui voyez-vous comme rivaux dans la lutte pour le Championnat du Monde ?

R : Je ne sais pas, parce que cette année la catégorie s’est beaucoup développée et je pense qu’au total nous serons environ 60 pilotes, donc tout le monde peut être compétitif. Il est clair que ceux qui ont été rapides l’an dernier, comme Mika Perez ou Scott Deroue, seront de nouveau importants. Je pense que nous devons aussi compter sur Robert Schotman et aussi sur Marc Garcia, qui revient cette année, et je suppose qu’il sera un pilote rapide. Mais c’est difficile à dire maintenant. Cela dépend beaucoup du règlement et de la marque qui fonctionne le mieux avec celui-ci.

Q : Contrairement à l’année dernière, vous êtes l’une des favoris dès la première course: Aimez-vous ce rôle ou préférez-vous partir comme outsider ?

R : Je m’en fiche, vraiment. Je suis heureuse d’être la championne et de pouvoir porter le numéro 1 sur la moto. Pour l’instant, je n’ai pas de pression supplémentaire, même si je suis conscient que cette année, nous pouvons gagner ou terminer dixième. Il y a beaucoup de changements, tant au niveau des règles que du système de championnat, avec le nouveau classement. Et nous, comme tout le monde, nous devrons nous adapter. Pour l’instant, je suis ouverte à tout ce qui se passera lors de la première course. C’est pour ça que je ne subis aucune pression.

Q : Avez-vous envisagé de changer de catégorie après avoir remporté le Championnat du Monde ?

R : Pas beaucoup, car la Kawasaki 600cc n’est pas une moto compétitive, donc la seule option était de changer de marque et, pour l’instant, je ne veux pas quitter Kawasaki, alors j’ai décidé de rester en SSP300.

Q : S’il y avait eu une Kawasaki plus compétitive, les choses auraient été différentes….

R : Oui, nous y aurions réfléchi davantage, mais dans les circonstances actuelles, la meilleure option était de continuer un an de plus en 300.

Q : Et y avait-il une option pour revenir en Championnat MotoGP ?

R : Il y avait des possibilités, oui, mais pour l’instant ce n’est pas mon objectif. Je suis très heureuse dans le Championnat du Monde SSP300 et mon intention est de ne pas quitter Kawasaki avant un certain temps. En MotoGP, il n’y a pas d’options, donc je pense qu’en ce moment ma place est ici.

Q : Comment vous souvenez-vous de vos années en Championnat du monde Moto3 ? Quelles différences remarquez-vous entre les deux paddocks ?

R : Le système de championnat est le même, les organisateurs sont les mêmes et tout fonctionne de la même façon. Sur le plan personnel, le paddock SBK est beaucoup plus convivial. En MotoGP, vous avez les cinq meilleurs pilotes du monde, et puis il y a le reste. Ici, en Superbike, on donne la même importance à celui qui gagne et à celui qui est le dernier, parce qu’un championnat est fait avec tout le monde. Que vous fassiez bien ou mal, ils essaient toujours de beaucoup vous soutenir, et c’est très important pour le pilote.

Q : Lorsque vous avez remporté le titre en France, nous avons vu Jonathan Rea vous féliciter en personne et sur les réseaux sociaux: quelle est votre relation avec un champion comme lui ?

R : Nous avons une très bonne relation. Depuis l’année dernière, il a essayé de me donner des conseils dans les moments les plus difficiles. J’essaie beaucoup de l’écouter parce que, à mon avis, c’est l’un des meilleurs pilotes au monde en ce moment. C’est un référent, car en tant que pilote comme en tant que personne, il est l’un des meilleurs que j’aie jamais connu.

Q : Vous êtes-vous déjà entraînée avec lui ?

R : Non, lors des entraînements, nous ne nous sommes pas encore rencontrés.

Q : Le SBK n’a jamais eu beaucoup d’adeptes en Espagne, mais pensez-vous qu’avec vos succès en SSP300 et l’arrivée de Bautista au championnat, cela peut changer petit à petit ?

R : En Espagne, c’est l’un des pays où le SBK est le moins suivi. Il y a des endroits en Europe où il est même plus suivi que le MotoGP. Je pense que le championnat peut se développer parce qu’il y a des pilotes espagnols qui vont bien, et surtout avec l’arrivée de Bautista, qui fait un boom. Mais l’Espagne se nourrit beaucoup du MotoGP, et il y a des gens qui veulent discréditer notre championnat. Les gens qui parlent mal du Superbike, ce sont soit parce qu’ils n’ont jamais vu une course, soit parce que c’est le seul moyen d’attirer l’attention et de faire parler d’eux.

Q : Suivez-vous le Championnat du Monde MotoGP ?

R : Je suis les résultats, et je vois les courses qui coïncident quand je suis à la maison, mais je ne suis généralement pas le championnat.

Q : J’allais vous demander si vous voyez des rivaux à court terme pour Márquez….

R : En ce moment, Dovizioso est celui qui a le plus d’options pour le battre. Chaque année, il se bat pour le championnat et je pense que cette année, il le fera aussi. Cela pourrait aussi être Viñales, mais cela dépend si la Yamaha fonctionne mieux ou non.

Q : L’année dernière, Dani Pedrosa a quitté la moto après de nombreuses années. En tant que premier d’une génération en or, que représente Dani pour vous ?

R : Quand j’ai commencé à regarder les motos à la maison, il était déjà à la télé. C’était l’un des meilleurs pilotes que nous ayons jamais eus. Il a aussi beaucoup aidé à faire se révéler plus de pilotes et il a rendu le chemin plus facile que ce qu’il n’avait trouvé à l’époque. Je pense que sa façon de prendre sa retraite a été un peu triste, mais il sera toujours lié au motocyclisme et aura une carrière sportive totalement admirable.

Q : D’où vient votre passion pour les motos, y a-t-il une tradition familiale ?

R : Oui, ça vient de mon père, qui est mécanicien. Avant ma naissance, il travaillait déjà sur les circuits, alors pratiquement depuis le jour où je suis née, il m’a apporté ma première moto.

Q : Et dans un monde où 95% des pilotes sont des hommes, qu’avez-vous ressenti quand vous étiez petite ? Une pression supplémentaire pour prouver votre valeur ?

R : Non, en fait. Je crois que j’étais si petite que je n’ai pas pris le temps d’y penser. Nous, les enfants, sommes des enfants, et ces différences sont remarquées par des personnes plus âgées que nous. Je me suis toujours sentie bien, je me suis beaucoup amusée dans les courses, je me suis fait beaucoup d’amis et j’ai grandi sur les circuits. Je me suis sentie bien dès le premier instant.

Q : Seriez-vous partisane d’un Championnat du Monde féminin ?

R : Non. Personnellement, je veux courir contre les meilleurs. Dans ce cas, le Championnat du Monde est ouvert aux hommes et aux femmes, de sorte que quiconque a le niveau peut courir. Il n’est pas nécessaire de séparer le championnat parce que toute fille qui a le niveau, a le droit de concourir avec les meilleurs.

Q : Les partisans d’un Championnat du Monde féminin pensent que, de cette façon, beaucoup plus de filles auraient de la visibilité et des gains économiques….

R : Je ne suis pas contre un tel championnat, mais je ne m’y rendrais pas du tout. Je veux participer au Championnat du Monde et me mesurer aux meilleurs pilotes.

Q : Vous combinez votre carrière sportive avec vos études de droit: comment faites-vous cela ?

R : C’est très difficile. Pendant la saison, je ne fais rien au niveau des études parce que j’aime me concentrer sur une seule chose, mais il y a des moments dans la vie où il n’y a pas de courses ou pas besoin de beaucoup s’entraîner, et j’en profite pour m’améliorer au niveau scolaire.

Lire l’article original sur Motosan.es

Ana Carrasco, lors de l’entretien. Photo: Eva Blánquez – Kawasaki

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :