De Álex Faura Gómez / Motosan.es

Le pilote Repsol Honda a parlé de ses meilleurs souvenirs, de son avenir en MotoGP et de la possibilité de courir sur la célèbre et dangereuse Île De Man.

Le vainqueur du GP d’Argentine a participé à un événement commercial en direct avec Estrella Galicia 0,0 Brésil pour que les fans sud-américains puissent poser des questions à l’homme de Cervera.

On a demandé à Marc comment il résumerait ses 5 titres MotoGP. Il a commenté: “L’année 2013 a sans aucun doute été celle de la surprise, personne ne s’attendait à  me voir remporter ce titre. Le 2014 a été l’année de la perfection. En 2016, celle de la maturité, a été la première année où j’avais une stratégie différente et où j’ai davantage réfléchi. L’année 2017 a été celle des efforts pour conclure, car je me suis battu avec Dovi et je ne m’attendais pas à ce qu’il soit présent dans la lutte pour le titre, et cela a été compliqué. L’année 2018 était clairement l’année de la régularité“.

Marc a évoqué le meilleur et le pire de son métier : “Le meilleur, c’est le moment de la victoire, nous travaillons tous pour cela et c’est très bien quand cela se réalise. Le pire, sans aucun doute, ce sont les blessures, car il en coûte beaucoup pour récupérer à cent pour cent“.

Un autre fan lui a demandé quelle était sa limite et combien de titres il voulait avoir. Compte tenu de cela, le pilote Repsol Honda a déclaré : “Je n’aime pas penser à ma limite, elle peut toujours être améliorée et je n’aime pas fermer les portes. J’ai de la pression et j’aime ça. Si tu ne gagnes pas, c’est une mauvaise année car tu n’as pas atteint l’objectif. Je ne donne pas de chiffres en termes de titres que je veux remporter. Depuis 2010, où j’ai gagné en 125cc, je me suis toujours battu pour les titres” conclut le numéro 93.

L’un des sujets les plus intéressants a été son avenir. Avant d’aborder avec quelle équipe il aimerait courir, Marc a répondu: “Je ne peux pas dire où je voudrais courir, il faut être guidé davantage par la passion que par l’argent. Aujourd’hui, je ne me vois que chez Honda parce que je me sens très valorisé. J’ai pu avoir toute l’équipe que je voulais, et participer aux courses dans ces conditions, c’est comme être avec des amis”.

La question de l’éventuelle montée de son frère dans la catégorie reine a également été abordée dans l’interview, avant que le plus âgé des Márquez ne déclare: “Je serais enchanté de faire équipe avec mon frère, mais c’est difficile. Mais j’aimerais bien qu’Álex passe en MotoGP et courre avec moi, car je ne serais pas nerveux pendant la Moto2″.

Sur ce qui a été le meilleur moment de sa carrière, le septuple champion du monde a déclaré: “J’aimerais revivre Valence 2014, J’ai remporté la course, mais mon frère a remporté le titre Moto3, et ce jour-là a été le plus heureux de ma carrière”.

Un autre fan lui a demandé s’il avait d’autres objectifs, comme courir sur la dangereuse île de Man. A cela, Marc a été clair et catégorique: “Je ne veux pas courir sur l’île de Man. Je cours sur une moto pour me divertir alors que sur l’île de Man, vous courez pour jouer votre vie. Être entouré d’arbres et de tout ça ne me plaît pas. Mais je respecte ceux qui le font”. Márquez reconnaît que “j’aime beaucoup de choses chez Valentino Rossi, j’aime beaucoup son talent et sa force au freinage”, reconnaît Márquez. “Après, il y a aussi le talent de Jorge Lorenzo dans ses passages en virage, surtout quand il était chez Yamaha” conclut l’homme de Cervera.

Lire l’article original sur Motosan.es

Álex Faura Gómez

 



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team