De Rubén Gómez Pena / Motosan.es

Chaz Davies (Knighton, 1987) est, avec 29 victoires, le deuxième pilote Superbike le plus capé sans titre mondial. L’écrasante domination de Jonathan Rea l’a écarté de la couronne – il a été vice-champion en 2015, 2017 et 2018 – mais il a gagné le respect de ses rivaux et de ses fans avec sa combativité habituelle. Aujourd’hui, l’arrivée d’Álvaro Bautista l’a laissé dans l’ombre chez Ducati, souffrant sur une moto avec laquelle son coéquipier est intouchable alors qu’il empire ses propres performances des années précédentes.

Question : Comment évaluez-vous la saison jusqu’à présent ?

Réponse : Cela a été difficile. La nouvelle moto a beaucoup de potentiel, mais il me faut beaucoup de temps pour la comprendre. Mon coéquipier obtient de meilleurs résultats, il y a donc encore beaucoup de travail à faire.

Q : Beaucoup de gens pensent que vos résultats jusqu’à présent ont été conditionnés par des problèmes physiques: est-ce vrai ?

R : Cela n’aide pas, c’est évident. L’idéal est d’arriver à la première course en toute confiance et après un hiver tranquille, mais cela n’a pas été mon cas. J’ai été impacté par les blessures que j’ai subies en décembre et janvier, mais c’est tout. Pour être honnête, je pense que je suis maintenant à 100%.

Q : Le problème doit donc se situer au niveau de votre adaptation à la moto…

R : Oui, c’est ce que je pense. C’est un problème d’adaptation, pas de la moto elle-même. C’est pourquoi il s’agit pour moi de m’adapter à la moto, et d’adapter la moto à moi.

Q : Les pilotes Kawasaki et Yamaha pensent que la Ducati est la meilleure moto sur la grille de départ. Vous le voyez aussi comme ça ?

R : C’est une excellente moto, mais surtout pour Álvaro, qui va très bien. C’est le seul pilote Ducati qui gagne en ce moment. C’est très facile de regarder la moto, mais il n’y a que lui qui va vite. Si les quatre premiers de chaque course étaient sur des Ducati, on pourrait dire que c’est la meilleure moto, mais ce n’est pas le cas. C’est Bautista qui fait la différence en ce moment.

Q : Et pourquoi Bautista est-il si rapide ? Est-il possible qu’il s’agisse d’une moto similaire à une MotoGP et cela expliquerait pourquoi il s’est adapté si facilement ?

R : Oui, c’est exactement ce que je pense. Il a une grande expérience en MotoGP et le moteur de cette Ducati est très similaire à celui d’une MotoGP. Il contrôle l’électronique très naturellement et avec le châssis il est aussi très bon,  du moins sur les circuits qu’il connaît déjà. Et je pense que les pneus actuels de Pirelli sont les plus similaires aux pneus MotoGP que nous ayons jamais eus. Il y a trois ou quatre ans, tout aurait été différent, surtout les pneus. Il apprend très vite, mais c’est aussi vrai que c’est le moment le plus facile pour faire le changement.

Q : Est-ce que ces résultats de Bautista vous mettent plus de pression ?

R : Honnêtement, je ne regarde pas Álvaro ou ses résultats. La pression que je subis n’est pas à cause des résultats de Bautista, mais à cause des miens. Inutile de regarder son coéquipier quand on sait qu’on ne fait pas de son mieux parce que la moto ne s’adapte pas comme on le voudrait. La pression que j’ai, c’est donc d’obtenir le meilleur de moi-même et de revenir à mon niveau précédent. Ce n’est pas une situation confortable, même si je suis content pour l’équipe et pour les résultats obtenus par Bautista.

Q : Ces dernières années, seul Jonathan Rea vous a empêché d’être champion: mais cela vous a-t-il permis de devenir un meilleur pilote ?

R : Bien sûr que oui. J’ai eu de grandes batailles avec lui et il est évident que vous apprenez beaucoup de lui sur les techniques de pilotage ou les situations de course. Comme tout le monde, il a des forces et des faiblesses, mais j’ai toujours essayé de voir ce qu’il faisait le mieux. Et je suppose qu’il a fait la même chose pour moi.

Q : Beaucoup de gens dans le paddock vous considèrent comme le meilleur freineur sur la grille de départ : d’où vient cette capacité ?

R : Je ne sais vraiment pas. J’ai toujours été bon au freinage, depuis que je suis beaucoup plus jeune. Déjà dans les petites catégories, quand je n’avais pas le meilleur matériel et que je n’étais pas dans une équipe d’usine, j’ai vu que je devais faire quelque chose de différent. Et c’est mon style qui est devenu ma principale force. Il s’agit de maximiser vos forces et d’essayer de compenser vos faiblesses. Par contre, quand j’étais petit, j’ai passé beaucoup de temps à m’entraîner en Supermotard, parce que mon père avait un circuit assez sinueux, où j’ai passé beaucoup d’heures à développer mon pilotage. Je pense que c’est là que j’ai appris à glisser avec la moto et à éliminer le stress avec l’avant de la moto, et je pense que c’est devenu un point fort que j’ai ensuite développé. Quand je gagne des courses, c’est généralement comme ça.

Q : Avez-vous eu des offres en MotoGP ces dernières années ?

R : Non, mais ce n’est pas non plus quelque chose que j’ai demandé.

Q : Je comprends que ce n’est pas non plus un objectif pour vous d’accéder au MotoGP…

R : Pour l’instant, c’est très difficile. Ce serait une bonne option au bon moment mais je suis très heureux en Superbike. J’ai été vice-champion trois fois et j’aimerais bien finir numéro un.

Q : Quels souvenirs gardez-vous de votre participation aux Championnats du Monde 125cc et 250cc ?

R : J’ai de bons souvenirs surtout de 2005, quand je courais en 250cc. J’étais dans une équipe privée avec une moto privée. Les équipes satellites avaient beaucoup de désavantages, surtout avec les pneus, mais nous avons quand même fait une bonne saison. J’ai de bons souvenirs de la 250cc durant ces trois années : 2003, 2004 et 2005. Mais d’un autre côté, j’ai de très mauvais souvenirs de mon parcours en 125cc, quand j’étais dans une mauvaise situation avec une équipe que j’espère ne jamais revoir.

Q : Quelle équipe était-ce ?

R : C’était l’équipe Matteoni en 2002. Ils n’étaient pas très intéressés, mais Dorna m’y a mis. Ils pouvaient obtenir plus d’argent des autres pilotes et voulaient deux places sur la grille, mais Dorna leur a dit que s’ils voulaient deux motos, l’une devrait être pour moi. Et ça les a énervés. Cette situation m’a ouvert les yeux sur les rouages de ce monde, et après cette expérience, j’ai pu trouver une équipe avec des gens formidables et, surtout, avec de la passion.

Q : Il y a une photo célèbre dans la Movistar Cup où vous êtes avec Casey Stoner et d’autres pilotes :  vous rappelez-vous de cette époque ?

R : J’ai de très bons souvenirs de cette année-là. J’ai eu la chance d’avoir cette opportunité parce que j’ai fait quelques tests en 2000 à Jerez. C’était une course CEV et je n’ai eu que cette occasion pour faire la saison 2001 avec l’équipe Movistar. Et la vérité est qu’à ce moment-là, je n’étais pas prêt : Je ne connaissais pas le circuit et j’étais un peu perdu. Mais c’était la dernière chance d’être choisi et de faire un saut qualitatif. Et la vérité est qu’Alberto Puig, avec Toni Calvo et Carmelo Ezpeleta ont parié sur moi et que je pourrais être dans l’équipe 2001. Casey Stoner et Julián Simón ont roulé sur des motos d’usine et les six autres pilotes sur des motos plus basiques. Mais il ne s’agissait pas d’être sur le podium, mais d’apprendre : Nous étions six pilotes avec les mêmes armes et nous devions voir qui réussissait le mieux. Je pense que 2001 a été l’une des années de ma carrière où j’ai le plus appris, car le niveau en Espagne est très élevé et les circuits sont très différents de ceux de Grande-Bretagne. Nous avons passé un bon moment parce que nous étions des enfants qui voyageaient à l’étranger.

Q : Connaissiez-vous Bautista et Pedrosa à cette époque ?

R : Bautista oui, mais Pedrosa non. Il avait un an de plus et en 2001 il était déjà en Championnat du Monde avec Movistar. Dani, Toni [Elias] et Joan [Olivé] étaient devant nous. Je me souviens d’une belle course avec Bautista à Jarama. Il était sur une moto jaune, mais je ne me souviens pas de l’équipe. Je ne me souviens plus qui était devant, parce que nous nous battions pour la septième place, mais c’était amusant. C’était un bon moment. Surtout le fait de travailler avec Puig, qui est une personne très exigeante, mais c’est bien pour les jeunes. Nous le respections beaucoup car c’était un pilote qui avait participé au Championnat du Monde 500cc. Nous avons tous fait de notre mieux pour impressionner Puig et avoir de meilleures chances de participer au Championnat du Monde. Avec Alberto, j’ai une anecdote qui m’est arrivée à Jarama. Jeudi, avant le week-end, il s’est approché de moi et m’a demandé ce que je pensais être un bon chrono sur cette piste. C’était un circuit que j’adorais et où j’avais un bon rythme. J’étais derrière Stoner et Simón, mais devant les autres pilotes qui utilisaient le même matériel. J’étais dans le top 10 avec cette moto, ce qui n’était pas facile. Samedi, après les qualifications, Alberto s’est approché de moi et m’a dit : “Tu te sens en sécurité maintenant ?” C’était sa façon de vous féliciter, il n’avait pas l’habitude de dire “bien joué” ou quelque chose comme ça.

Lire l’article original sur Motosan.es

Rubén Gómez Pena

 

 

 

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :