Bien qu’ayant manqué les cinq premières manches de la saison dernière, qui en comptait un total de treize, Loris a réussi à terminer avec sa Yamaha de l’équipe Ten Kate en dixième position devant neuf pilotes permanents. 2020 s’annonce de façon positive pour lui avec un team efficace, une nouvelle R1 prometteuse et un soutien solide de Yamaha.

Le deuxième temps qu’il vient de réaliser lors des récents tests de Jerez est un bon indicateur de sa forme actuelle.

Comment se sont passés tes essais ?

« Ils se sont bien passés dans l’ensemble et ont été positifs. Je me suis fait plaisir au guidon. Je m’amuse de plus en plus sur cette moto. Il y a longtemps que je ne me suis pas fait autant plaisir en roulant, donc c’est positif. On n’avait fait qu’une séance d’essais avec cette moto, donc nous avions en tête de nombreuses idées que l’on avait envie d’essayer. Même si on n’a pas roulé avec la nouvelle moto, il y a beaucoup de choses qui ne vont pas changer sur cette nouvelle, donc on a pu travailler là-dessus déjà pour l’an prochain. Ça a été deux bonnes journées de travail avec beaucoup de choses effectuées. On a eu beaucoup de chance avec le temps grâce à une météo fantastique, donc ça a été deux journées parfaites. »

Seul Niccolò Canepa roulait à Jerez sur la R1 2020. Etait-ce pour toi un handicap de tourner sur la 2019 ? La 2020 est-elle très différente ?

« Le team officiel a essayé certaines parties de la moto 2020 sur celle de 2019. Il y a beaucoup de petites choses qui changent sur la nouvelle, mais certaines parties restent à peu près identiques, comme le cadre et le bras oscillant. Les évolutions sont essentiellement au niveau aérodynamique et moteur. On a donc beaucoup travaillé sur la partie châssis, puisque dans ce domaine ce sera presque la même moto l’an prochain. On a essayé diverses idées qu’on avait en tête, comme des positions de pilotage un peu différentes pour être encore plus performant. On a travaillé également sur la répartition des masses. On a aussi essayé différentes rigidités, et de nouvelles pièces comme un carénage qui était à peu près celui dont sera équipée la moto de 2020, pour voir l’effet aérodynamique en roulant. Donc au final beaucoup de choses essayées et un bilan de ces deux jours vraiment positif. »

As-tu été surpris de terminer deuxième, et donc devant tous les autres pilotes Yamaha ?

« Non, pas surpris, parce que je sais qu’on est rapide, mais il s’agit des essais du mois de novembre à Jerez, et comme plus ou moins lors de tous les essais hivernaux, avec tous les pneus différents qu’on a, je dis toujours que les résultats ne veulent pas dire grand-chose. C’est plutôt basé sur la qualité du travail effectué, parce qu’on ne sait pas toujours combien de pneus qualif les pilotes ont passés, combien de pneus tendres… »

« Mais il est certain que je préfère après ces tests rentrer chez moi en deuxième position plutôt qu’à la dixième place, ça donne de l’énergie et ça motive pour bosser pendant l’hiver. Ce qui est sûr, c’est qu’on a fait un bon travail et j’en suis content parce qu’un de nos points faibles avec cette moto depuis que je roule dessus, ce sont les premiers tours pendant lesquels je n’arrive pas à bien utiliser les pneus de course neufs, c’est-à-dire que je ressentais le besoin d’améliorer en pneus neufs et en pneus qualif. Là, la plupart des pilotes a utilisé des pneus qualifs et j’ai réussi malgré tout à terminer deuxième, ce qui prouve qu’on a réussi à progresser sur un de nos points faibles qui était les pneus qualif. »

Réaliser une bonne performance lors des derniers tests de l’année donne le moral pour tout l’hiver. Ton chrono a-t-il boosté ta confiance ?

« Oui, ça fait plaisir. Et ça motive pour bosser pendant l’hiver, qu’il s’agisse de moi ou du team. Après, ça ne change rien car je pense que personne n’a fait son tour parfait. Vendredi, j’étais encore en train d’améliorer sur un tour de presque quatre dixièmes quand j’ai fait une petite et erreur et je suis tombé. »

« Mais ça donne de l’énergie. Après, on regarde ce que fait Johnny (Rea) et c’est sûr qu’il reste du travail. Mais il reste encore pas mal de jours d’essai avant le début de la saison, donc j’ai maintenant hâte d’être en janvier sur la nouvelle moto pour commencer vraiment à travailler avec cette R1. »

Ton équipe Ten Kate est en contact avec Sandro Cortese pour en faire ton éventuel coéquipier. Qu’en penses-tu ?

« Honnêtement, je n’ai aucune idée et je n’en parle même pas trop avec le team parce qu’on se concentre sur ce que nous faisons. Ils sont très motivés avec moi. De toute façon, Sandro n’aurait pas participé à ces tests de Jerez – même si c’était amené à se faire avec lui – parce qu’il vient de se faire opérer. »

« Il n’y a aucune raison de se précipiter et de faire les choses trop vite parce qu’il y a encore du temps jusqu’à la saison prochaine. Donc honnêtement, je ne sais pas. Que j’ai un coéquipier ou que je n’en ai pas, ça ne change pas grand-chose. Par contre c’est sympa d’avoir un coéquipier car ça permet de travailler ensemble. Après c’est une décision du team en fonction du budget et des partenaires. »

Quels sont tes projets pour cet hiver ?

« Comme à peu près tous les hivers, je vais passer quelques semaines de détente, tout en recommençant ma préparation physique dès la semaine prochaine. Donc une grosse préparation physique, un peu de moto l’hiver sur la glace, et puis aussi passer du temps avec mes proches, ma famille, ma copine. Je vais profiter un peu de la vie cet hiver parce que la saison va être longue et il faudra être à 100% l’an prochain parce que ce sera une grande saison. Donc, c’est sûr, il faudra être prêt. J’ai hâte d’y être ! »

Photos © Yamaha Racing

Tous les articles sur les Pilotes : Loris Baz

Tous les articles sur les Teams :