La participation de Michele Pirro, pilote test de l’usine Ducati, à la manche du mondial Superbike à Misano était redoutée par les pilotes réguliers du championnat. Déjà qu’avec un Álvaro Bautista en forme, ils avaient du mal à mettre au pas la nouvelle Panigale V4 R, voilà qu’un autre protagoniste connaissant bien cette machine était mis dans leurs pattes. Mais l’opération a été un retentissant échec. Une désillusion même au point que l’on cherche les responsables du côté des suspensions…

Michele Pirro a ainsi fait sa pige au sein d’un team Barni, dont la compétence n’est pas à remettre en cause. Elle reçoit d’ailleurs le soutien de l’usine de Borgo Panigale. Son pilote titulaire est Michael Ruben Rinaldi, et il est d’un bon niveau. Mais au début de la saison, l’équipe privée la plus titrée de la saison dernière au Championnat du monde de Superbike a surpris avec une décision risquée. Plutôt que de compter sur Öhlins, en tant qu’équipe d’usine Ducati, ils se sont tournés vers les suspensions Showa.

Un matériel qu’a découvert Pirro. Et le pilote attribue ses deux chutes et ses modestes performances en course aux pièces japonaises : « je ne sentais pas la moto, il était impossible de piloter » s’est plaint Pirro. « Je ne pouvais pas sentir le pneu avant. En lâchent les freins, je n’avais aucune sensation. Je teste pour Ducati, et la machine d’usine est en Öhlins ».

Une analyse qui a agacé au sein du team : « Showa a remporté le Championnat du Monde ces quatre dernières années et Pirro les critique » a déclaré un responsable de l’équipe. « Pourquoi Ducati ne l’a-t-il jamais promu pilote titulaire s’il était aussi bon qu’il le pense ? ».

Une tension que le pilote Rinaldi tente de faire baisser : « pour moi, c’était le septième événement avec ces suspensions, Michele pilotait avec pour la première fois. C’est un pilote fort, il fait partie du top 10 du Championnat du Monde MotoGP ».

« Les gens pensent que c’est facile parce que la Kawasaki est forte avec Showa, mais la réalité est que nous n’avons réussi à être compétitifs qu’à Phillip Island » déclare Rinaldi, désormais enthousiasmée par les éléments du printemps de Showa. « Showa est impressionnant car il nous donne de nouvelles pièces à chaque course. Nous avons donc réussi à nous hisser dans le top 5. La moto s’améliore, je pense que certaines pièces sont meilleures que celles de l’équipe d’usine, et nous devons améliorer d’autres choses » termine le pilote Barni.

 



Tous les articles sur les Pilotes : Michele Pirro

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team