Après que l’avance d’Álvaro Bautista sur Jonathan Rea est passée de 61 points à 16, l’alerte a sonné du côté de Borgo Panigale et Luigi Dall’Igna a décidé de faire un maximum d’essais pendant deux jours sur le World Circuit Marco Simoncelli avec Bautista secondé par Chaz Davies et Michele Pirro. Ce dernier est présent également pour préparer la Desmosedici GP19 de MotoGP pour Assen, en compagnie de Jonas Folger qui fait de même pour Yamaha.

Après les quatre premières manches du Championnat du Monde disputées à Phillip Island, Buriram, Aragón et Assen, le leader espagnol avait gagné 11 des 11 courses disputées, et il se frisait tranquillement la moustache en attendant d’être titré, ce qui ne faisait alors de doute pour personne. Puis tout bascula à partir de la course suivante à Imola. Sur les 7 courses disputées depuis à Imola, Jerez et Misano, Alvaro n’a gagné qu’une course « principale » (celle qui donne 25 points au premier) et deux « sprint races » (qui distribuent 12 points au vainqueur).

Pendant ce temps, Jonathan Rea a gagné 3 courses principales sur les 5 dernières disputées, marquant à Imola, Jerez et Misano un total de 131 points, tandis qu’Alvaro Bautista en totalisait 94.

Et le danger pointe à l’horizon, sous la forme de la prochaine manche qui aura lieu à Donington dans un peu plus d’une semaine (du 5 au 7 juillet), sur ce circuit britannique peu favorable aux Ducati ces dernières années. Michael van der Mark a ainsi réalisé le doublé à Donington l’an dernier sur Yamaha, mais il sera hélas absent cette année en raison de sa récente opération. Tom Sykes et Johnny Rea remportaient chacun une course en 2017, tous les deux sur Kawasaki. Sykes gagnait les deux courses en 2016, 2015, 2014 et 2013, tandis qu’en 2012 Rea s’imposait lui aussi sur ZX-10R, tandis que Marco Melandri l’emportait sur BMW. C’est à 2011 qu’il faut remonter pour trouver la dernière victoire d’une Ducati à Donington, décrochée par Carlos Checa sur une 1098R engagée par Althea Racing, et avec laquelle il était Champion du Monde cette année-là.

Pourtant cette saison Ducati avait l’air d’avoir une très belle carte à jouer, les Yamaha devenant de plus en plus compétitives et susceptibles de prendre des gros points aux Kawasaki. Et si Alvaro Bautista ne semble pas avoir de coéquipier capable de monter régulièrement sur le podium, Johnny Rea peut compter sur l’aide occasionnel de Leon Haslam et de Toprak Razgatlioglu (Turkish Puccetti Racing), tandis qu’Alex Lowes et Michael van der Mark peuvent jouer la gagne ou au moins le podium quand ils restent sur leurs roues. Et l’on a vu que la Ducati était loin d’être à l’aise sur le mouillé, contrairement à Tom Sykes (BMW) ou Loris Baz (Yamaha Ten Kate).

La Ducati était tellement supérieure en début d’année que le constructeur n’a pas alors travaillé à fond pour l’améliorer. Cela semblait inutile, tant l’écart était grand. Bautista a gagné devant Rea lors des deux premières courses à Phillip Island avec 14 et 12 secondes d’avance, sans avoir l’air d’attaquer énormément. En Aragón, Bautista devançait Rea de 15 secondes dans la première course et il n’y avait manifestement pas péril en la demeure. Mais pendant ce temps on travaillait chez Kawasaki et chez Yamaha pour rattraper le retard, avec le succès que l’on a constaté.

Pour ces tests de Misano, Ducati a vaguement fait mention de travail sur le châssis et sur les suspensions. Bautista prend toute la responsabilité sur lui : « Je suis en colère contre moi-même » a déclaré l’Espagnol. « Ma confiance en la moto est tellement grande que je n’ai pas fait attention aux avertissements. Je vais apprendre de cela et ne plus faire de telles erreurs ».

Il y a une part de vérité, mais aussi une autre manière de voir les choses : « La V4 R n’est pas difficile à conduire, mais il n’y a qu’une façon de la piloter » a déclaré Michael Ruben Rinaldi, de l’équipe Barni. « Bautista vient du Championnat du Monde MotoGP, pour lui c’est la moto parfaite. Chaz Davies et moi venons de la V2, une machine complètement différente. Je continue de vérifier les données d’Álvaro et à essayer de modifier mon style de conduite. Pour lui, ce style est naturel, il est parfait pour cette moto. C’est plus difficile pour moi parce que j’ai un passé différent. Pour Chaz aussi, il a passé cinq ans sur la bicylindre. Bautista a le même point de freinage que moi ou même plus tôt. Puis il dérive dans la courbe, il relève la moto et accélère. J’utilise aussi le frein arrière avec cette moto. Jamais auparavant je n’avais utilisé ce frein, mais ça marche ».

Michael Laverty (un des frères d’Eugene), ancien pilote de MotoGP et aujourd’hui entraîneur de Chaz Davies, a ajouté : « Bautista conduit la V4 R comme si elle possédait les pneus Michelin du Championnat du Monde MotoGP. Tous les autres pilotes Ducati doivent adopter ce style s’ils veulent être aussi rapides ».

On peut conclure de ces déclarations que Ducati ne dispose que d’un seul pilote capable de remporter le titre. On commencera à voir à Donington si ces tests de Misano ont porté leurs fruits, ou peut-être faudra-t-il attendre la semaine suivante à Laguna Seca ? La Panigale V4 R n’y a jamais roulé en configuration course, alors que Kawasaki y a effectué des centaines de tours avec la ZX-10R.

Après la « sprint race » de Jerez, Bautista à domicile comptait 61 points d’avance sur Rea. A Donington, ce sera Johnny qui jouera à domicile, avec 16 points de retard sur Alvaro.

« Chaque fois que nous travaillons pour disputer des courses et des championnats, le programme vise toujours à gagner » a déclaré Luigi Dall’Igna. « Cela n’a pas été facile car nous combattons depuis le début de mon expérience avec Ducati contre Rea et Kawasaki, et c’est sûr qu’il n’est pas facile de les battre. Mais c’est certain, c’est la cible à chaque fois qu’une moto Ducati pose une roue sur la piste ».

C’est le moment de parier. Mais sur qui ?

Photos : Copyright © 2017 Ducati Motor Holding spa

Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista, Michele Pirro

Tous les articles sur les Teams :