De Marco Melandri / Corsedimoto.com

Moi, Marco Melandri. Le premier article que le pilote du team GRT Yamaha en World Superbike a écrit pour Corsedimoto.com

Tous les championnats ont enfin commencé et les fans satisfaits ont eu du pain sur la planche…. Je n’ai pas vu le MotoGP parce que je m’envolais pour la Thaïlande, mais en voyant les résultats et les noms en place, je pense que c’était un bon spectacle : personne ne sera épargné… Sur Dovi et Marquez, tous les motos ont déjà été dits, et à toutes les sauces, alors je voudrais dire quelques mots sur la troisième place de Crutchlow.

Crutchlow a 20 fractures à un pied.
Je ne pense pas que tout le monde connaisse sa véritable condition physique. Il a presque 20 fractures au pied/à la cheville, dues à sa chute en octobre dernier en Australie. Jusqu’à il y a un peu plus d’un mois nous ne savions pas s’il pourrait remonter sur une moto. J’ai pris le départ cinq fois après une opération à l’épaule et je sais très bien ce que l’on ressent quand on passe des jours et des semaines à redevenir une personne normale. Une fois de retour sur la moto, on se rend compte qu’à partir de ce moment, il faut complètement repartir de zéro.

La grande Italie et le grand Tony Cairoli
J’ai également lu des articles sur une Italie forte en Moto2 et Moto3, avec nos jeunes pilotes très agressifs et déterminés. Cela compte plus que le résultat pour maintenir la soif de victoire à un niveau élevé pour l’ensemble du championnat. La semaine précédente avait également commencé le MXGP où sans Jefffrey Herlings, la victoire de Tony Cairoli était presque considérée comme acquise. Mais les pilotes savent bien que chaque course est une feuille blanche à écrire, le passé ne compte pour rien. Donc vous devez toujours tout gagner à partir de zéro et Antonio l’a fait mieux que quiconque. Bien qu’il soit parti d’une position très défavorable au départ, il n’a jamais abandonné, et sa ténacité est une référence pour beaucoup d’entre nous.

Venons à moi : je suis ici, en Thaïlande !
Je pense que le premier round en Australie a été un peu aigre-doux pour moi.
Je suis certainement très satisfait du podium de la course 1. Dans le box GRT Yamaha, personne ne s’y attendait avant le départ, y compris moi-même. J’ai toujours eu du mal à être rapide avec des pneus neufs, mais j’ai toujours eu la conscience d’être rapide après la mi-course. La première partie de la course 2 était plutôt meilleure et, après quelques tours, je suis resté avec le tandem vert, à savoir Rea et Haslam. Le plan était de rester calme et d’économiser les pneus jusqu’à moins 7-8 tours, puis de jouer mon jeu. J’ai délibérément perdu du temps à la sortie du virage 3 et dans le dernier virage pour ne pas trop patiner et faire surchauffer le pneu arrière. J’avais peur d’avoir du blistering, un problème qui n’existe heureusement qu’à Phillip Island. Malheureusement les efforts n’ont pas été récompensés car le pneu arrière m’a lâché. Il n’y avait même jamais eu le moindre avertissement durant tout le week-end, y compris le test.

Je suis parti premier pour…..
Maintenant qu’une course très difficile nous attend, et les prévisions en Thaïlande parlent de 37/38 degrés avec beaucoup d’humidité : courir trois courses ne sera pas une promenade de santé. J’ai changé ma préparation physique au cours des deux dernières semaines en me répartissant entre le Trentin et la Romagne, et je me suis envolé pour Buriram un peu plus tôt pour faire quelques séances d’entraînement en prévision des hautes températures. C’est pour donner à mon corps le temps de s’acclimater, et je me sens très bien. Après l’Australie, je n’ai piloté ma R3 qu’une seule fois et j’ai fait un programme de travail différent de ce que j’aurais pu trouver ici. Si vous êtes intéressé pour louer une R3 et vous entraîner avec moi, je vous invite à vous inscrire sur la page R3 Ital sur Instagram, et pour toutes les informations voir ici.

Je donnerai tout ce que j’ai, jusqu’au bout.
Sur papier, Buriram n’est pas le meilleur tracé pour nous, car c’est la piste au monde où l’on passe le plus de temps avec les papillons ouverts en grand. Mais comme je l’ai déjà dit, la course, c’est vivre et se battre. Je l’affronterai tout par tour et je donnerai le meilleur de moi-même jusqu’à ce que je sois sous le drapeau à damier. Entre une séance d’entraînement et la suivante, quand je vais à Ravenne, j’aime passer du temps au bureau chez MotoWide.com (mon e-commerce de produits moto) avec ma sœur Maura pour programmer des événements, gratuits, pour les passionnés de moto. Nous essayons de transmettre, également grâce à quelques collaborateurs, nos expériences aux fans et, pourquoi pas, créer un groupe d’amis pour partager notre passion.

Rendez-vous pour chacun
Jeudi 21 mars, il y aura un nouveau cours sur les techniques de pilotage sur la route. Je ne le dispenserai pas, parce que je vous assure que je ressemble vraiment à un débutant sur la route ! Les gars, j’espère que je ne vous ai pas ennuyé et si vous avez de la curiosité ou si vous voulez suggérer un sujet, écrivez-le dans les commentaires ! Nous serons de retour bientôt, avec de meilleurs résultats !

Salut, MM33

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Marco Melandri

Tous les articles sur les Pilotes : Marco Melandri

Tous les articles sur les Teams :