C’est tout au début de la pandémie que le pilote officiel Ducati en mondial Superbike a réussi à s’envoler pour la Californie, et il ne le regrette certainement pas en raison du climat beaucoup plus doux sur les rives du Pacifique qu’il ne l’est actuellement au Royaume-Uni.

« Pour vous dire la vérité, je ne me sens pas si mal ici. On peut sortir et s’entraîner. Je suis souvent sur ma moto : aujourd’hui, je suis sorti à sept heures du matin et je suis parti. Ce n’est donc pas si mal, même si certains magasins sont fermés. Vous pouvez faire toutes les choses normales. La course me manque, mais ça va bientôt recommencer » a expliqué le Champion BSB en titre à Michael Hill, lors d’un entretien organisé au profit de “two wheels for life“.

« Au début du confinement, c’était plus difficile pour moi, simplement parce que c’était un changement très important. Vous deviez prendre soin de vous et des autres, garder vos distances et tout cela… Au début, c’était difficile, comme de longues vacances, puis j’ai eu l’impression d’être à la retraite. »

« Il fallait que je trouve quelque chose sur quoi me concentrer. J’ai donc décidé de perdre du poids. Depuis l’Australie, j’ai perdu cinq kilos, c’était mon objectif. C’était ma façon de faire face au confinement, de faire quelque chose maintenant qui m’aidera plus tard. »

« Lentement, ça repart. J’ai vu que des gars ont fait des tests à Misano et que Jonas Folger était aussi dehors quelque part. En Angleterre, vous pouvez réserver des Track Days dès la semaine prochaine. Je ferai moi-même des tests dans un mois, j’ai hâte d’y être. Il semble y avoir une sorte de plan et je pense que dans deux mois nous allons reprendre la course. »

« En Australie, j’ai dû apprendre beaucoup de nouvelles choses. Comment cela fonctionne avec les trois courses et le spectacle du paddock; quand je dois être où. Il m’a fallu beaucoup de concentration. Pour le reste de la saison, je veux continuer là où nous nous sommes arrêtés en Australie. Je suis monté trois fois sur le podium et j’ai réalisé le meilleur tour de la course. Ça a été une bonne base de départ. »

« Je me suis un peu retenu parce que je voulais d’abord apprendre et ne pas me tromper. Je suis convaincu que je peux me battre pour la victoire à l’avenir, nous n’étions pas si loin. Maintenant, j’ai faim de plus. »

« Le passage du MotoGP au BSB a été un changement plus difficile, du point de vue du pilotage, que le passage du BSB au SBK. Mais en BSB, il n’y a pas d’électronique et j’y avais été habitué pendant cinq ans. Et en BSB, il y a ces pistes étroites avec des bosses et des sauts, et la cerise sur le gâteau est qu’il n’y a pas d’électronique pour vous aider. Mais c’était amusant. »

« Maintenant, pour le Championnat du Monde de Superbike, j’ai à nouveau l’électronique à ma disposition et cela facilite les choses. Grâce à l’électronique, vous pouvez influencer le frein moteur dans chaque virage. »

« En BSB, il n’y a que le frein moteur normal. Il faut parfois travailler avec le frein arrière. En MotoGP, lors de l’accélération l’électronique aide à obtenir le maximum de performances. En BSB, vous patinez. »

Photos © Ducati, Scott Redding perso



Tous les articles sur les Pilotes : Scott Redding

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team