De Ana Puerto / Motosan.es

Scott Redding (Gloucester, 4 janvier 1993) termine sa deuxième saison en tant que pilote du WorldSBK, les deux avec Ducati dans l’équipe officielle Aruba Racing. En 2020, il a pu consolider une deuxième place, à 55 points de Jonathan Rea, une distance qui n’est pas si grande si l’on considère qu’il y a trois courses chaque weekend dans ce championnat. Au cours de la saison actuelle, nous avons pu discuter avec lui lors de la manche de Jerez, et le pilote britannique a expliqué, entre autres, pourquoi il a décidé de passer chez BMW pour l’année prochaine.

Vous n’êtes qu’à quelques points des deux premiers du championnat, qu’attendez-vous des dernières courses de l’année et quels sont vos objectifs ?

Scott Redding : « Oui, nous devons regarder le championnat honnêtement, parce que c’est 60 points, ce qui est beaucoup de points, mais en même temps pas tant que ça. Nous avons trois courses en un weekend. Il y a toujours un potentiel pour obtenir plus de points et nous devons voir. Pour moi, mon objectif est d’avancer course par course, tour par tour, pour essayer de marquer autant de points que possible et essayer de gagner autant de courses que possible. »

Sur quels circuits vous voyez-vous le plus fort d’ici la fin de la saison ?

« Oui, je pense qu’en Navarre aussi j’ai été assez fort, et aussi à Most. C’est comme pour les nouvelles pistes pour moi, parce que c’est plus équitable. Ces gars du Superbike ont beaucoup, beaucoup d’années d’expérience sur toutes les pistes avec ces pneus et je n’ai aucune expérience en tant que pilote, ni avec la Superbike, ni avec les pneus Pirelli et ainsi de suite. Quand nous allons sur un nouveau circuit, la plupart du temps, je suis premier ou je me bats pour la victoire. Cela montre donc qu’il y a un domaine où ils ont un avantage sur moi. »

De l’extérieur, vous semblez heureux chez Ducati: pourquoi avez-vous décidé de changer la saison prochaine ?

« Pour changer d’équipe, il a fallu beaucoup de choses, mais vous savez, nous Ducati et Aruba, l’équipe a été incroyable pour moi. Honnêtement, ils ont été une grande équipe, mais parfois vous devez faire un changement. Il n’y a pas de problème avec l’équipe, ni avec moi, ni avec eux, ni avec Ducati. Tout va bien. Nous n’étions pas d’accord sur certaines choses et je dois regarder ce qui est le mieux pour moi dans le championnat Superbike. Et le feeling était de faire un changement et de voir si nous pouvons améliorer ou gagner quelque chose dans cet aspect. Ce n’est donc pas comme dans la plupart des cas où le coureur ne se sent pas bien dans l’équipe. On se sentait bien, mais on n’a pas pu faire les dernières choses. »

Il y a beaucoup de concurrence cette année, mais quelle est, selon vous, la meilleure moto sur la grille ?

« Je n’ai pas besoin de dire Ducati. Ils font ce qu’ils peuvent, mais il y a des constructeurs qui peuvent s’améliorer. Et pour moi, Yamaha a fait la plus grande amélioration cette saison. Ils ont fait preuve de plus de régularité et vous le voyez avec les pilotes et les résultats. Nous avons donc fait un petit pas et ils ont fait un plus grand pas, parce que vous les voyez aussi beaucoup plus avec Kawasaki : ils ont fait un bon pas en avant. »

Que pensez-vous du changement de génération qui se produit à la fois en MotoGP et en WorldSBK ?

« En WorldSBK, ça n’a pas autant changé qu’en MotoGP. Je pense que c’est assez fou de mettre des gars aussi jeunes. Pour moi, c’est comme un processus d’apprentissage. Moto3 deux / trois ans, Moto2 deux ou même trois ans, et ensuite vous entrez en MotoGP. Maintenant, ces gars font un an de Moto3, peut-être deux, et ils vont directement en MotoGP. Je pense d’abord qu’il y a un peu d’insécurité  parce que ce sont de jeunes et petits gars qui montent sur ces motos. Et c’est injuste pour l’autre pilote. Si vous avez consacré toute votre vie et qu’en un instant, ils décident qu’ils veulent le plus jeune… »
« Donc, si vous n’êtes pas performant en deux ans, vous êtes éliminé et le prochain pilote arrive. Et je pense, honnêtement, que les jeunes pilotes roulent pour beaucoup moins d’argent que leur valeur. Donc une équipe va prendre un pilote pour la moitié de la somme d’argent pour faire, peut-être un résultat similaire avec le jeune pilote. C’est pour ressentir leur rêve. Mais pour les propriétaires d’équipe, il s’agit de profiter un peu de la situation, à mon avis, parce qu’un pilote devrait avoir une valeur sur la moto. Et avec les jeunes coureurs, c’est presque un manque de respect de ne pas leur donner cette valeur parce qu’ils sont jeunes. »
« Et c’est pourquoi maintenant les anciens partent et de nouveaux jeunes arrivent : chaque année, si vous ne voulez pas monter, ils passent au suivant. Et je ne pense pas que ce soit vraiment bon pour le championnat, même si c’est bien pour la compétition. Mais vous n’aurez pas de légendes. Les légendes s’en vont maintenant et il n’y en a plus. C’est donc difficile de ce côté-là, mais du côté des courses, c’est beaucoup mieux depuis quelques années. »

 Votre victoire dans la course 1 à Barcelone était le 800ème podium pour la Grande-Bretagne: comment vous sentez-vous d’en être l’auteur ?

« C’est comme un record. Vous en faites partie. C’est une grande chose. Pour nous, c’est formidable d’avoir ces choses, mais c’est encore mieux quand un pilote britannique gagne un titre mondial, et que c’est cette personne qui le fait. »

Certains pilotes ont des problèmes d’adhérence sur le mouillé : comment vous sentez-vous dans ces conditions ?

« Je n’ai pas d’adhérence non plus, je n’ai pas d’adhérence sur le mouillé. J’ai juste été en mesure de comprendre la situation et de la gérer du mieux que je pouvais. Mais j’ai vraiment eu des problèmes d’adhérence à Barcelone, comme je pense pour tout le monde. Dans la première moitié de la course, j’étais l’un des plus lents. Je n’arrivais pas à trouver mon rythme. Et puis les gars plus rapides ont ralenti parce qu’ils ont détruit leur pneu et j’ai pu y arriver. Mais certains circuits ont beaucoup de grip sous la pluie et d’autres non. Et je pense qu’à Barcelone, parce qu’il y avait beaucoup de grip sous la pluie. Et je pense qu’à Barcelone, parce qu’il y avait beaucoup de gomme depuis le weekend, et ensuite la pluie, cela a aggravé la situation. J’ai été heureux de terminer la course et de gagner, car je ne me sentais pas très à l’aise. »

Pensez-vous que vous pourriez revenir en MotoGP dans le futur si vous étiez avant champion du WorldSBK ?

« Pas vraiment. J’ai essayé de revenir. J’ai fait pression plusieurs fois pour revenir, mais ils me disent toujours que je suis trop vieux. Et puis je vois des gens comme Dovizioso qui reviennent. Je suis âgé de 28 ans. C’est le problème dont je vous parlais tout à l’heure avec ces jeunes pilotes, car ils ont des pilotes de 18, 19, 20, alors 28 ans c’est vieux, ou ils pensent que c’est vieux. Pour moi, lorsque j’étais en MotoGP, je n’étais pas au mieux de ma forme. J’ai découvert qu’il y a eu un déclic depuis trois ans. Et je deviens un meilleur pilote et une meilleure personne. J’étais juste au mauvais endroit au mauvais moment. Bien sûr, j’aurais aimé revenir en MotoGP, mais on me répondait que j’étais trop vieux, bla bla bla. »
« Bon, je ne vais pas insister, le Superbike m’accueille à bras ouverts. Je peux ramener beaucoup de fans, beaucoup de revenus pour eux, parce que j’ai beaucoup de caractère. J’en suis heureux. Les championnats sont formidables. Les courses sont géniales, la communauté, les gens. Je n’ai donc pas l’impression d’avoir perdu quoi que ce soit. Juste que ça aurait été bien de revenir en MotoGP une fois, pour montrer mon vrai potentiel sur une bonne moto. Mais on peut toujours avoir une seconde chance dans la vie. C’est comme ça. C’est là que je suis. »

 

Lire l’article original sur Motosan.es

Ana Puerto

Crédit photos : Federico Cappelli (Aruba Ducati) & WorldSBK



Tous les articles sur les Pilotes : Scott Redding