L’entame de ce Grand Prix d’Argentine découpé en deux parties était si belle que le second chapitre s’est révélé quelque peu frustrant pour nombre de personnes, spectateurs et pilotes compris.

Ce ne fut toutefois pas le cas pour les trois premiers d’entre eux, qui se sont exprimés en répondant aux questions des journalistes lors de la conférence de presse post-GP.

Nous vous proposons ici une traduction intégrale des propos de Marc Marquez.

Deux fois vainqueurs en trois éditions, la course a été bonne pour vous, en particulier dans sa seconde partie…

“Oui, je suis très heureux de cette première victoire de l’année car nous avons travaillé très dur durant la pré-saison, au Qatar et ici. Cela été un dimanche spécial, avec les pneus et la pluie, et quand la Direction de course nous informés que la course serait comme en Australie (2013), tout le monde s’est mis à rire dans le box à cause de l’erreur que j’y avais commise (rires), mais cette victoire était également importante pour l’équipe, justement à cause de l’Australie.”

Auriez-vous pu croire à cette victoire, il y a trois semaines?

“Si vous m’aviez dit, en février en Malaisie, que je mènerais le championnat, je vous aurais répondu que vous étiez fou. Mais on a toujours travaillé dur et on y a toujours cru. Honda a très bien travaillé et je sens leur soutien. Plus important encore, nous travaillons dans la même direction. Nous savions que ce circuit pouvait nous être favorable et lors de la première partie de la course, j’ai essayé de gérer le rythme car je ne me sentais pas bien sur la première moto. Mais quand j’ai pris la deuxième, je me suis “ok, maintenant je vais attaquer à 100%” et quand je suis sorti du box, j’ai réalisé mes meilleurs chronos, et cela a été suffisant pour creuser un écart.”

Il y a eu une belle bagarre avec Valentino…

“Oui, oui, oui. Une belle bagarre. j’étais juste en train de contrôler le rythme de la course, mais on roulait plutôt vite et la piste était un peu dangereuse avec ses parties humides. Il m’a doublé plusieurs fois et je l’ai repassé; c’était une très belle bagarre.”

Trois participations à Austin et trois victoires…

“C’est un circuit que j’aime et les USA sont quelque chose de spécial pour moi. On verra mais, bien sûr, on essaiera de faire du bon boulot et de travailler dur dès le vendredi. Nous savons que nous avons des problèmes en accélération et il y a là-bas de grosses accélérations, donc on verra comment on peut gérer ça cette année. Mais le plus important pour nous, c’est d’essayer d’être dans le groupe de tête et sur le podium, et en vue du championnat, être aussi dans le groupe de tête ou premier.”

La seule faute d’aujourd’hui, cela a été de sauter sur le podium… (Marquez y est tombé)

(Rires) “Oui, maintenant je vais aller me plaindre à la Direction de course car ils n’avaient pas agité les drapeaux, rien! (rires). J’ai glissé mais, oui, c’est bien, de chuter sur la plus haute marche du podium.”

Le changement de moto a-t-il été difficile à cause de l’étroitesse de la pit-lane?

“Non, pour moi ça s’est bien passé. Je pense que nous avons fait un bon travail lors de la Commission de sécurité, vendredi. Nous avons déplacé la cellule de contrôle de vitesse avant le virage d’entrée dans la pit-lane, car c’était vraiment dangereux puisqu’il y avait un mur, là.  Après ça, tout était bien et c’était comme n’importe quelle autre pit-lane. Pour sortir de celle-ci, c’était aussi un peu serré car c’est très étroit, mais globalement, c’était sûr.”

Les progrès que vous avez faits ici sont-ils transposables sur d’autres circuits?

“Selon moi, nous étions forts ici parce que j’aime ce circuit et mon style de pilotage y convient bien. Mais il y a également une autre raison; il n’y a qu’une accélération. On y perdait deux ou trois dixièmes, mais notre moto est forte en entrée de virage et en passage en courbe. Maintenant, on doit trouver un compromis. On doit gagner en accélération mais j’ai confiance en Honda. Ils travaillent et nous y parviendrons.”

Comment s’est passé votre changement de moto?

“Parfaitement. J’ai fait comme à mon habitude, j’ai sauté d’une moto à l’autre. j’ai peut-être seulement gagné une demi-seconde ou une seconde, mais il est très difficile de gagner une seconde sur la piste, donc pour moi, c’était bien.”

Qu’avez-vous pensé sous votre casque quand Valentino était très proche de vous, à plusieurs reprises?

“Quand il a élargi, j’avais les souvenirs en tête et j’ai surveillé ce qui se passait jusqu’à ce que je sois vraiment devant, mais oui, c’était une belle bagarre, avec de beaux dépassements. Et je crois que c’était le plus important pour le spectacle.”

MotoGP World Standing 2016

Pos. Pilote Moto Pays Le système de points
1 Marc MARQUEZ Honda SPA 41
2 Valentino ROSSI Yamaha ITA 33
3 Dani PEDROSA Honda SPA 27
4 Jorge LORENZO Yamaha SPA 25
5 Andrea DOVIZIOSO Ducati ITA 23
6 Pol ESPARGARO Yamaha SPA 19
7 Hector BARBERA Ducati SPA 18
8 Eugene LAVERTY Ducati IRL 17
9 Bradley SMITH Yamaha GBR 16
10 Maverick VIÑALES Suzuki SPA 10
11 Aleix ESPARGARO Suzuki SPA 10
12 Alvaro BAUTISTA Aprilia SPA 9
13 Stefan BRADL Aprilia GER 9
14 Tito RABAT Honda SPA 8
15 Scott REDDING Ducati GBR 6
16 Michele PIRRO Ducati ITA 4
17 Jack MILLER Honda AUS 2
18 Andrea IANNONE ITA
19 Cal CRUTCHLOW GBR
20 Loris BAZ FRA
21 Yonny HERNANDEZ COL