En arrivant sur un tracé d’Assen qu’il adore par ailleurs, Andrea Iannone saura dès les premières minutes du meeting quelle sera sa place au terme des qualifications du Grand Prix des Pays-Bas : dernier. La conséquence d’une punition infligée après qu’il ait accroché un Lorenzo en difficulté lors de la dernière épreuve en Catalogne. La série noire continue pour les rouges.

Une réelle malchance pour Ducati puisque celui qui officiera chez Suzuki l’an prochain adore le circuit batave. L’an dernier, il avait été la meilleure chance de l’équipe officielle avec une deuxième ligne et une quatrième place à l’arrivée. Il y a aussi connu la victoire en Moto2 lors de la saison 2010. Du coup partir en fond de grille est un coup dur. Mais à écouter l’équipier d’un Dovizioso qui goûte beaucoup moins bien la Hollande, tout n’est pas perdu : « j’aime ce tracé même si les dernières années ont démontré qu’il était difficile pour les Ducati ».

Entendez par là que c’est lui qui fait la différence. Une confiance gonflée à bloc que le cadet des deux Andrea entretient en se référant aux derniers tests accomplis du côté de Barcelone après le Grand Prix scellant le septième rendez-vous de l’année : « on s’est concentré à cette occasion sur les nouveaux pneus que Michelin a apporté. Je dois dire que c’était très intéressant. Les Français font bien progresser la performance de leurs produits et ils sont très réactifs. Mes sensations avec la Desmosedici sont bonnes et il me tarde de voir ce que cela va donner à Assen ». Il va falloir se pousser devant lorsque le missile écarlate frappée du 29 frappera le point de corde…

Tous les articles sur : Andrea Iannone