Enfin!  Enfin Andrea Iannone a franchi la ligne d’arrivée d’un Grand Prix cette année et a ainsi quelque peu effacé son décevant début de saison.

Cela arrive au bon moment, celui où Ducati va devoir choisir qui de ses deux pilotes sera susceptible de laisser sa place à un certain pilote majorquin.

Qui plus est, le #29 aurait presque été sur le point de nous tirer des larmes des yeux en conférence de presse post-GP, si son propre agent, Carlo Pernat, n’avait pas déclaré que l’incident survenu en Argentine glissait sur lui comme l’eau sur les plumes d’un canard…

Après celles de Marc Marquez et de Jorge Lorenzo, nous vous proposons ici la traduction de l’intégralité des propos.

Une semaine horrible, que vous terminez sur le podium…

“Je suis très heureux. J’avais besoin de ce podium. Pour nous, c’est très important car après les deux premières courses, c’était très difficile et j’ai vécu des moments très difficiles. J’ai ressenti ça comme un des pires de ma carrière, car j’avais beaucoup de pression et tout le monde m’observait. C’était un moment très difficile.
Mais quand on a débuté ce weekend, on s’est beaucoup concentré sur les essais et je me suis appliqué à piloter la moto de la meilleure façon possible. Nous avons amélioré la moto à chaque séance et il était également très important de rester parmi les meilleurs à chaque session. Je suis très à l’aise sur la moto, de plus en plus.
En course, la situation était très difficile. Je suis parti de la troisième ligne, et ce n’était pas facile pour moi car, au premier virage, j’ai eu un contact avec Dani, puis un autre au virage suivant avec Aleix Espargaro. Ça a donc été très difficile dès le départ et j’ai essayé de rester prudent. Mais ok, quoi qu’il en soit, c’est un excellent moment pour nous.”

On a vu beaucoup de chutes de l’avant aujourd’hui. Pouvez-vous trouver la limite et rester en-deçà?

“Je pense comme Marc. Cette année, quand vous arrivez sur une piste, vous avez de vielles références, en particulier lors de la première séance, vos points de freinage sont ceux dont vous vous souvenez de l’année passée. Il est donc important d’essayer de s’adapter durant cette saison, car avec ces pneus, c’est complètement différent. Il est très important de changer les réglages pour piloter un peu plus en sécurité. Mais je pense que l’année prochaine, la situation sera meilleure pour tout le monde dès le début de saison.
Je suis très content des pneus Michelin car ils se sont beaucoup améliorés durant l’hiver. Pour moi, c’est une très bonne direction de développement mais les premières courses ont assurément été difficiles pour tout le monde.”

 Les pilotes Moto2 ont dit que la piste était très glissante. Etait-elle différente d’hier?

“Pour moi, le début de course a été très difficile car les conditions étaient très différentes de celles du warm up. Je ne sais pas pourquoi. Mais c’est la même chose pour tout le monde, et en particulier aux points de freinage du premier virage, puis des #11 et 12, c’était très difficile et l’adhérence était moindre. Il était très difficile de freiner. J’ai essayé du mieux que je pouvais de contrôler la situation et c’était bien sûr difficile de rester en-deçà des limites, mais je suis heureux car j’ai fini à une bonne place.”

Vous finissez sur le podium mais à 11 secondes de Marc. L’Europe va-t-elle apporter sa première victoire à Ducati?

“Evidemment, Marc est toujours très fort sur cette piste. Et il a été très rapide durant tout le weekend. Mais nous essayons de progresser et de réduire un peu l’écart. Parfois je progresse durant le weekend, mais parfois Marc progresse plus que moi (rires). Mais c’est sûr qu’on essaie. Pour nous, il était très important de terminer cette course, et 11 secondes c’est beaucoup, mais nous nous appliquons à réduire cet écart sur Marc et Jorge lors des courses européennes. Je pense qu’on avait un très bon potentiel au Qatar alors qu’ici les Honda et Marc étaient très forts. On essaie de réduire cet écart et d’obtenir notre première victoire dans le futur. ”

Pourquoi n’avez-vous pas fait appel de votre pénalité?

“La dernière course était un très mauvais moment, et je suis d’accord avec cette pénalité. Pour moi, il était correct que je parte une ligne plus en arrière. C’était une bonne décision. Cette année, tout est différent et les règles ont changé. Tout le monde était plus agressif et, finalement, (cette pénalité) c’est bien. Bien sûr, j’aurais préféré être une ligne plus en avant, mais bon, maintenant c’est fini. Le faire à Jerez aurait été pire, car la piste est très étroite, donc c’était mieux sur cette piste.”