Il l’avait dit dès la fin des qualifications qui l’avaient mis sur le quatrième plot de la grille de départ : pour la course du dimanche, il allait mettre le feu. Aleix Espargao a tenu parole. Mais au sens propre…

L’équipier de Maverick Viñales voulait marquer le coup dans ce Grand Prix de la République Tchèque annoncé par le pilote comme le début d’une série de top 6 jusqu’au terme de la saison. Un programme ambitieux qui était prêt à se concrétiser sous la pluie de Brno. Mais voilà, la Suzuki en a décidé autrement : « cette année, j’ai du mal sous la pluie, mais lors du warm-up, on a trouvé quelque-chose avec l’électronique et la partie arrière de la moto. Ce qui nous a donné de l’adhérence ».

Une trouvaille qu’il a mise à profit durant les 14 des 22 tours de la course pour être une menace constante pour Marc Márquez. Hélas, à huit tours du but… « Je me sentais bien, je me battais avec les hommes de tête, mais déjà au départ, le moteur faisait des trucs et des bruits bizarres. Puis le frein moteur s’est accentué et à un moment je n’ai plus eu de puissance. Je me suis alors rendu compte qu’il avait pris feu si bien que je me suis dépêché de m’arrêter ! Nous devons comprendre ce qui s’est passé ».

Une casse spectaculaire qui est une exception chez Suzuki : « on a rencontré des soucis moteurs au tout début de l’année dernière puis tout a été parfait durant toute la saison passée. Jusque-là, on n’avait jamais rencontré un tel problème. C’est le premier moteur qui casse. Cela arrive en compétition. C’est dommage parce que j’étais bien derrière Márquez et je faisais attention à mes pneus. Mais je n’ai pas pu faire les huit derniers tours ! »

On notera que son équipier a rencontré en fin de parcours le problème de la bande de roulement arraché sur le pneu tendre avant Michelin, aussi choisi par Aleix. « Je n’arrive pas à croire à ce qui m’arrive cette année. A chaque Grand Prix il se passe un truc différent. Je ne peux jamais faire une course normale. Maintenant tout ce que je veux, c’est me battre pour le podium jusqu’à Valence ». Aleix Espargaró pilote par ailleurs avec les doigts d’une main salement amochés. De fait, il ne participera pas aux tests programmés ce lundi à Brno.

Tous les articles sur : Aleix Espargaro