Adam Wheeler, pour le site The Telegraph, a réalisé une très intéressante interview du technicien en chef de Cal Crutchlow, Christophe Bourguignon, affectueusement appelé «Beefy» par tout le paddock.

Le sujet principal était le coût que peut atteindre une chute en MotoGP. Les chiffres sont impressionnants…

Le technicien belge part du prix initial de 2 millions d’euros pour 2 motos en précisant « nous louons ces motos, mais dans ce prix, vous payez aussi pour le développement et les ingénieurs du HRC. Nous avons le personnel du HRC avec nous sur chaque course et cela fait partie intégrante des frais. C’est un ensemble global. Vous pourriez dire «wow, c’est beaucoup d’argent», mais une bonne partie est liée aux ressources humaines. »

« Un crash peut se situer entre 15 000 € et 100 000 € », estime Christophe Bourguignon « Une chute à 2 000 € n’existe pas en MotoGP. Si nous avons de la chance, il faut simplement changer quelques éléments et nous puisons dans nos stocks dans le camion de course. Une grosse chute, ou plusieurs d’affilées, peuvent soudainement vous mettre en difficulté parce que nous n’avons pas cinq réservoirs de carburant de rechange, par exemple. »

« C’est pareil pour les échappements et les radiateurs; Nous avons des versions pour les essais et pour la course. Vous pouvez avoir un ou deux gros crashs dans un week-end, mais vous vous rapprochez d’avoir un problème. Si je commande des pièces au HRC, il faut tenir compte du temps de construction jusqu’à la livraison et cela peut être de cinq ou six semaines. »

« Les motos sont lourdes et vont vite, et il n’y a pas vraiment une« petite » chute », dit-il.  « Si vous perdez l’avant, vous finissez toujours avec des carénages cassés ou endommagés, des panneaux latéraux, des guidons et de nombreuses pièces qui sont en fibres de carbone. La plupart des choses peuvent être réparées, puis elles sont corrigées et repeintes. C’est coûteux quand vous avez une grosse chute comme nous avons vu au Qatar cette année, où nous avons plié le châssis et le bras oscillant; Il n’y a pas de prix pour cela. C’est selon chaque fabricant. »

« Un ensemble de freins carbone coûte environ 10 000 euros et la plupart du temps, quand la moto finit dans le gravier, il y a des éclats de gravier sur le disque, et il est trop dangereux de les réutiliser s’ils sont endommagés. Vous ne voulez pas envoyer votre pilote à 300 km / h avec quelque chose qui peut exploser, car la fibre de carbone est assez fragile. »

Christophe Bourguignon continue : « “Nous courrons des roues en magnésium dont le prix est d’environ 4 000 €. Les Michelin sont un peu plus petits que les Bridgestone et, en cas de chute, la jante n’est pas aussi protégée que d’habitude. Même si nous frappons une bordure, les deux roues seront endommagées et, comme les freins, c’est quelque chose où vous ne voulez pas prendre de risques. Après la plupart des grosses chutes, nous changeons les roues. »

« Côté électrique, vous pouvez voir les interrupteurs et les capteurs de température et de pression ainsi que le tableau de bord 2D, qui a lui seul coûte environ 2 500 € . Le faisceau principal est compris entre 10 000 € et 15 000 €, plus tous les capteurs: la moto est pleine de capteurs. Il n’y a pas une seule pièce électronique moins chère que 1 000 €. »

« Le bras oscillant est assez fragile en fait. Il a l’air monstrueux et est rigide, mais il n’est pas si solide que ça et il peut être abîmé assez vite. »

« La pièce la plus résistante ? L’étrier de frein ! C’est quelque chose que nous changeons rarement, et je dois dire que le moteur aussi. Je touche du bois parce que nous sommes limités sur la quantité de moteurs que nous pouvons utiliser, mais je n’ai pas trop de souvenirs d’avoir endommagé un moteur dans une chute. Il est assez bien protégé. Même après une grosse chute comme au Qatar, le moteur sera OK, mais nous devrons changer 90% de la moto. »

« Vous essayez d’avoir deux motos plus trois ou quatre “pièces de rechange”. Heureusement pour nous, nous sommes proches du HRC, et si nous avons un gros problème et avons besoin d’un bras oscillant de rechange, ils sont là pour nous aider jusqu’à ce que nous obtenions nos pièces payées et nous leur renvoyions le matériel. »

Crédit photo : Lubor Horak

 

Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda