Jack Miller a vécu une nouvelle journée intéressante sur le circuit de Phillip Island. Le pilote du Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS a amélioré son chrono de plus d’une demi seconde par rapport à hier, postant ainsi le dixième temps.

La deuxième des trois journées d’essais organisées en Australie a débuté dans d’excellentes conditions ce matin. Miller et son équipe en ont profité pour tester différents réglages de géométrie dans le but d’améliorer l’endurance du pneu avant de la Honda RC213V.

Si ces réglages l’ont effectivement aidé à préserver sa gomme avant, le pilote du team Estrella n’a cependant pas retrouvé le bon feeling qu’il avait obtenu dernièrement. Miller reviendra donc aux réglages précédents pour la troisième et dernière journée d’essais.

Durant l’après-midi, l’Australien a également testé de nouveaux pneus pour Michelin. Le manufacturier français a apporté à Phillip Island trois nouveaux arrière dans le but d’améliorer la motricité et la stabilité, ainsi que deux avant conçus pour une meilleure mise en régime.

Miller a testé cet après-midi les pneus arrière avec des résultats positifs. Il passera demain les deux avant avant de se lancer à l’attaque du chrono durant l’après-midi.

Jack Miller : 10e – 1’29.838 (72 tours)
« On a tous du graining sur le côté gauche du pneu sur ce circuit, essentiellement à cause de la température. Pour y remédier, nous avons modifié ce matin la géométrie des deux motos. Les effets ont été bénéfiques au niveau de l’usure de la gomme, mais nous avons par ailleurs perdu en maniabilité, notamment dans les virages les plus serrés comme le deux et le quatre. On reviendra donc demain aux réglages de mercredi. J’ai tout de même fait un chrono de 1’29.8 en me sentant moins à l’aise sur la moto et avec le plein d’essence. Je suis donc assez satisfait. Demain, on passera des pneus tendres pour tenter d’aller chercher un chrono avec une moto sur laquelle je me sentais très bien hier. »

Ramon Aurin : Chef Ingénieur de Jack Miller
« Nous disposons ici des pneus que nous avons utilisés l’an dernier pour la course, mais la température était beaucoup plus basse au mois d’octobre. Il faut beaucoup plus chaud en ce moment en Australie et nous sommes un peu à la limite avec l’avant. On a modifié la géométrie de la moto pour moins user la gomme sur la longueur d’une course. C’est compliqué car le pneu est tendre et il faut faire vingt-sept tours et la température est de l’ordre de quarante degrés. On a quand même un peu d’expérience aujourd’hui, cela pourrait nous servir à l’avenir. On a également testé de nouveaux pneus arrière pour Michelin et Jack a bien aimé certaines options. C’est important pour nous car cela permet de comprendre la direction prise par Michelin pour 2017. La rigidité du pneu a un gros impact sur le travail de la moto et nous comprendre comment régler la moto pour obtenir le meilleur de la gomme. »