« Nous avons les deux meilleurs pilotes essayeurs du Monde » estimait Claudio Domenicali, le patron de Ducati, lors de la présentation de l’équipe MotoGP de la marque. Michele Pirro et Casey Stoner sont en effet ces deux précieux hommes.

Après avoir remporté le Championnat d’Europe 125 cm3 en 2004, Pirro a marqué ses premiers points en mondial 125 cm3 l’année suivante, avant de terminer cinquième du Championnat du Monde Supersport en 2010. Il faisait ensuite partie du team de Fausto Gresini pour courir en Moto2. Sa victoire chargée d’émotion à Valence, lors de la dernière course de l’année et peu après le décès de Marco Simoncelli, renforçait la confiance que Fausto Gresini lui accordait et Pirro obtenait le guidon de la FTR MGP12 Honda que le team Gresini alignait en CRT et avec laquelle l’Italien faisait ses débuts en MotoGP en 2012.

Pirro rejoignait ensuite Ducati en tant que pilote d’essais et participait à plusieurs courses chaque année, en tant que wild card ou que remplaçant lorsque l’un des pilotes de la marque italienne était indisponible. En 2016, il faisait sa première apparition de l’année dès la seconde manche, en Argentine, où il pilotait la GP15 de Danilo Petrucci.

En 2017, il participait à 3 GP et se classait 9e au Mugello, 5e à Misano et 9e à Valence (seul pilote Ducati parmi les 12 premiers). Agé de 31 ans, le pilote de San Giovanni Rotondo – près de Foggia, dans les Pouilles – a participé à 96 Grands Prix, dont 49 en MotoGP.

Pour Michele, « Je suis fier d’être ici et d’avoir partagé de grands succès la saison dernière. Le moment est venu de confirmer à haut niveau.  »

« J’essaierai de faire ma part et je m’engagerai constamment à être parmi les 5 premiers des compétitions auxquelles je participerai. Ce ne sera pas facile mais je vais tout donner.  »

« Être aux côtés de champions comme Stoner, Lorenzo et Dovizioso, m’a fait progresser de plusieurs façons, je dois juste essayer de m’améliorer encore. Le but sera de confirmer.  »

« Andrea et Lorenzo vont, je crois, se battre pour le Championnat du Monde, et je devrai être à leur hauteur, même au sein de l’équipe de test qui travaille dans les coulisses.  »

« Cette année, la V4 fait ses débuts et je suis heureux de pouvoir aider cette moto aussi. Cette saison, j’ai eu l’opportunité de suivre les pilotes de près. J’ai dû jouer le rôle de «policier en colère», donnant des directives non seulement en tant que pilote et ami mais en poussant plus, cela m’a aidé. Un peu comme ce que fait Dall’Igna avec nous, qui est très strict quand il le faut. »

Photo © Ducati

Source : motograndprix.motorionline.com