Depuis que le circuit malais a été entièrement resurfacé l’année dernière par l’entreprise italienne Studio Dromo, des problèmes d’évacuation de l’eau sont apparus, qui ont causé de nombreux tourments aux équipes de MotoGP lors des trois derniers jours de test. A tel point que plusieurs d’entre elles se demandent si les essais prévus la semaine prochaine avec les pilotes permanents seront vraiment utiles.

Le problème ne vient pas du drainage, qui consiste à évacuer l’eau qui est au bord de la piste, mais de l’infiltration de l’eau à travers l’asphalte. Dans ce but, une couche spéciale a été réalisée, pour le cas où la chaleur malaisienne ne suffirait pas à faire évaporer l’eau étalée sur le tarmac. « Nous avons travaillé à partir des données des dix dernières années, parce que vous devez toujours considérer les limites des conditions possibles, expliquait Jarno Zaffelli, le patron de Dromo. La température de la piste était toujours entre 40 et 60 °, avec une humidité entre 50 et 100% ». Mais lors du dernier Grand Prix, la température de l’air n’a jamais dépassé 35° et les problèmes sont apparus. « Sous l’asphalte est situé un agrégat avec des poches vides dans lequel la pluie descend ».

Il semblerait que cette couche, réalisée par une entreprise locale, pose problème. L’eau reste très longtemps sur la piste, parfois des heures après que la pluie a cessé. « Avec les choses comme elles sont, il devient inutile de faire tout le chemin jusqu’en Malaisie pour tester, estimait Gigi Dall’Igna auprès de gpone. Rouler avec des pneus pluie par temps sec sur une piste humide est pratiquement inutile. Nous pourrions aussi bien tester ailleurs ».

Pour tout arranger, voici le temps prévu pour les trois jours de tests officiels, de lundi à mercredi prochain :

capture

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team