La position est tout sauf habituelle pour un Johann Zarco qui aligne plutôt les 16 heures de travail par jour, mais cette vidéo, tournée au lendemain des tests de Sepang, a choisi de mettre ainsi en scène le double champion du monde Moto2 en titre pour lui poser quelques questions sur le mode “relax”.

Cette vidéo a maintenant un mois et nous essaierons de faire un point plus détaillé avec le pilote français très prochainement, soit avant, soit immédiatement après les tests au Qatar.


Salut Johann ! Comment te sens-tu avant le début de cette saison ?

“C’est une belle expérience que d’atteindre ce rêve de la MotoGP. La moto est vraiment fantastique et je pourrai bientôt courir avec mon idole, Valentino, donc c’est un joli rêve, mais c’est aussi un challenge que de voir si je peux être un bon pilote dans cette catégorie avec les meilleurs pilotes du monde et sur les meilleures motos.”

Préfères-tu une piste sèche ou mouillée ?

“Pour les pilotes, le sec est mieux car on peut attaquer davantage et on sent mieux la limite. Sur le mouillé, vous pouvez parfois avoir des problèmes mais vous pouvez aussi parfois avoir un bon feeling. Parfois vous êtes fort et parfois vous n’avez pas de feeling et vous pouvez chuter. C’est plus compliqué sur le mouillé et je peux y être fort. Parfois j’y ai rencontré des problèmes et parfois j’y ai obtenu des victoires, c’est donc difficile à dire, mais de toute façon c’est mieux sur le sec car nous nous amusons plus.”

Quel est ton circuit favori ?

“C’est difficile à dire, car je me sens bien sur tous les circuits. J’aime beaucoup l’Argentine, c’est plutôt rapide et depuis le début de ce circuit, j’ai fait de belles performances et obtenu de bons résultats. Il y a aussi beaucoup d’autres circuits où je prends du plaisir et où je suis fort, et ce championnat est fantastique avec tous ces grands circuits tout autour du monde, et c’est la meilleure expérience qu’un pilote puisse vivre.”

Quelle est la plus grosse différence entre une Moto2 et une MotoGP ?

“Le plus compliqué, ce sont toutes les informations que l’on a sur la moto. On peut travailler sur de nombreux points et de nombreux réglages, depuis les suspensions jusqu’à l’électronique et les pneus. Cela fait donc beaucoup d’informations pour le pilote, et quand on rencontre un problème, on a beaucoup de solutions pour le résoudre. Je pense que cela rend les choses plus compliquées. La moto a également beaucoup de puissance et celle-ci rend également les choses compliquées. La plus grande différence est donc la puissance, et à cause de cette puissance, régler la moto est plus important.”

Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Monster Yamaha Tech3