Misano, 11 septembre 2016, 14h44 : Vingt-cinq secondes après Dani Pedrosa, Cal Crutchlow franchit la ligne d’arrivée avec 1,453 seconde d’avance sur Pol Espargaro.

Il rejoint donc le parc fermé en tant que premier pilote privé de ce Grand Prix Tim de Saint-Marin et de la Riviera de Rimini. Cependant, sans la moindre réclamation du team Yamaha Tech3, la Direction de course inflige 1,5 seconde de pénalité au sympathique pilote britannique sous le motif que celui-ci a dépassé les vibreurs à plusieurs reprises.

Du coup, évidemment, après environ 45 minutes d’analyse et de délibération, Pol Espargaro se voit attribuer la première place du classement des pilotes “non-usine” et son équipe les points qui vont avec.

L’affaire n’en reste cependant pas là car deux heures après, Cal Crutchlow réclame la révision de cette sanction et, finalement, pour on ne sait quelle raison, obtient gain de cause et réintègre la 8e position.

Avant même que cette décision ne survienne, Hervé Poncharal nous avait confié de pas vouloir la contester au cas où elle surviendrait, jugeant des points acquis sur le tapis vert après réclamation assez peu glorieux.

La pilule a cependant plus de mal à passer du côté d’un Pol Espargaro moins calme et qui ne cache pas son mécontentement envers la Direction de course, comme en témoigne ses messages sur Twitter: “Bon…Dîtes-moi comment ça marche… Un gars (par exemple aujourd’hui Maverick Vinales) doit rétrograder d’une position car il a été un peu large dans certains virages MAIS M. Cal Crutchlow peut couper dans 3 virages 5 fois et…Véridique! Rien ne se passe! Êtes-vous sérieuse, la Direction de course? Vraiment?”

pol-espargaro-twitter

Tous les articles sur : Cal Crutchlow, Pol Espargaro