Cette saison de Moto3 est décidément pleine de surprises. Bonnes et mauvaises. Plutôt enthousiasmante pour un Brad Binder en pleine éclosion, elle est en revanche décevante pour ceux qui étaient désignés comme des favoris au vu de leur prestation il y a un an. Parmi eux, Enea Bastianini.

L’Italien du team Gresini avait montré de belles dispositions en 2015, exercice qu’il avait terminé troisième du classement général avec 207 points, six podiums, dont une victoire, et quatre pole-positions. Un parcours aussi jalonné par des tractations en coulisse sur son avenir qui l’avaient quelque peu déstabilisé et agacé son patron. 2016 devait donc être la saison de la confirmation et l’ouverture vers de beaux horizons. Las !

Dans le top 5 au Qatar, Bastianini a ensuite déçu et s’est même blessé à un poignet lors d’un entrainement. Forfait pour cette raison en France, il a tout de même réussi à décrocher son premier podium de l’année en Catalogne. Une troisième place qui, cependant, n’est pas le meilleur résultat de l’écurie pour le moment. Celui-là revient à son jeune équipier débutant Di Giannantonio, second sur ses terres transalpines.

Enea pointe actuellement septième au championnat avec 49 points. Dès la prochaine étape à Assen, on attend mieux de lui mais les derniers tests que l’écurie a fait en Aragon pour préparer le rendez-vous batave n’ont guère rassuré. En plus d’un temps exécrable, Bastianini a préoccupé avec son poignet encore convalescent : « à cause de la météo, on n’a pas fait beaucoup de tours. Par ailleurs, mon poignet droit n’est pas totalement remis, alors on n’a pas voulu prendre de risque ». Pendant ce temps, Di Giannantonio bouclait 70 tours en mettant à l’épreuve deux solutions de réglages…

Tous les articles sur : Enea Bastianini