La saison Moto3 2017 a été marquée par le sacre de Joan Mir qui a littéralement assommé une concurrence emmenée par Romano Fenati. Les deux pilotes étant cette année montés en Moto2, la voie semble libre pour ceux qui les ont affrontés en piste l’an dernier. Parmi eux, deux noms semblent s’imposer lorsqu’il s’agit de parler des favoris du titre 2018 : Jorge Martín l’Espagnol d’un côté, Enea Bastianini l’Italien de l’autre. Un retour sur le parcours de ces deux pilotes s’impose afin que chacun puisse pencher en faveur de l’un ou de l’autre. Portraits en deux parties.


Jorge Martín Almoguera est né le 29 janvier 1998 à Madrid. A l’image de nombreux autres pilotes espagnols, sa vocation commence très jeune grâce à son père, pilote amateur et véritable passionné de moto. C’est ainsi qu’à l’âge de sept ans, il reçoit, comme un certain Marc Márquez, sa première pocket bike le jour des Rois Mages (fête très importante en Espagne lors de laquelle les enfants reçoivent des cadeaux, ndlr.). Dès lors, sa passion est née.

Il commence à courir au sein du Championnat de Minimotos de Madrid en 2006, soit un an plus tard et termine huitième dès sa première année.

Il enchaîne les championnats espagnols jusqu’en 2011 ainsi que les catégories : Minimotos, Minimotard, 70cc, 80cc et 125 preGP, dont il remporte des titres.

Le jeune Martín arrive dans la Red Bull Rookies Cup en 2012 et déclare à l’époque : “mon objectif est d’être champion du monde et de battre les records de mon idole Valentino Rossi.” Le ton est donné ! Il termine sa première saison à la douzième position, avant de terminer second en 2013 derrière Karel Hanika, et de remporter le titre en 2014.

Il arrive en championnat du monde en 2015 au sein de l’équipe Mapfre Mahindra Aspar. Il termine dix-septième du championnat avec deux top dix, puis progresse l’année d’après mais termine malgré tout seizième en raison de nombreuses chutes. Il décroche néanmoins le tout premier podium de sa carrière à Brno et se classe six fois dans le top dix.

Le numéro 88 change d’équipe en 2017 pour entrer dans le team Gresini et c’est la révélation. Homme fort du championnat, il réalise neuf pole positions (un record pour la catégorie), termine huit fois sur le podium et trois autres fois dans les dix premiers. Cependant, il n’arrive pas à concrétiser en course ses excellentes qualifications, et il faut attendre le dernier Grand Prix de la saison à Valence pour le voir enfin remporter sa première victoire en Moto3.

Jorge Martín est un pilote extrêmement rapide qui a su démontrer l’an dernier toute l’étendue de son talent. Sa victoire à Valence ayant balayé les doutes concernant sa capacité à gagner qui avaient commencé à s’immiscer lors de la seconde partie de la saison, il a désormais toutes les cartes en main pour se battre pour le titre en 2018.

A suivre : le portrait d’Enea Bastianini.

Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Martin

Tous les articles sur les Teams : Gresini Racing Moto3