C’est une des innombrables scènes qui ont marqué un Grand Prix d’Argentine passionnant pour certains et passionné pour beaucoup. Celle où Marc Marquez, après en avoir terminé avec une prestation ébouriffante sur la piste sanctionnée par une pénalité des officiels l’excluant de la zone des points, est parti se présenter devant le stand Yamaha qui le vouait aux gémonies après qu’il ait ruiné la course de Valentino Rossi. Vu l’ambiance du moment, la démarche était vouée à l’échec et l’officiel Honda s’est heurté à une hostilité non feinte le contraignant à la retraite. Reste cette question : la démarche était-elle sincère ?

Pour Valentino Rossi, il n’y avait rien de spontanée là-dedans. En revanche, la stratégie de communication était bel et bien préméditée : « cette tentative d’excuses est une blague. Et d’abord parce qu’il n’a pas le courage de venir me voir seul dans mon box pour un face à face. Il est toujours avec son manager Alzamora et des gens de Honda accompagné de caméras. Il se fout complètement de s’excuser, il n’en a rien de faire de vous ni de personne. Sauf de lui. Je ne veux pas lui parler parce que je sais que tout ce qu’il me raconte n’est que mensonge ».

La version sur Autosport du team manager Alberto Puig est évidemment différente : « après la course, Marc est arrivé dans le box et il a tout de suite dit qu’il voulait aller s’excuser, s’expliquer. C’était sa seule décision d’aller là-bas et cela en dit long sur le pilote. Nous y avons été ensembles et, bien sûr, ils n’étaient pas heureux de nous voir. Ils nous ont demandé de partir. Ce que je peux comprendre, croyez-moi. Car lorsque ce genre de chose arrive à votre pilote, vous êtes loin d’être content ». Quelle ambiance pour Austin ?