La saison 2016 en est à son crépuscule mais, du côté de chez Ducati, on espère déjà que l’entame de l’année 2017 aura des airs d’aube rouge. La marque de Borgo Panigale a rempli ses objectifs au cours de cette campagne ponctuée non pas par une, mais par deux victoires. En attendant la der de Valence. Pas mal, mais la suite devra être d’un niveau bien plus élevé.

C’est la rançon de l’investissement fait pour s’approprier les compétences de Jorge Lorenzo. La GP15 a ouvert la voie du succès qu’a fini par emprunter la GP16. L’impulsion de Gigi Dall’Igna à la technique et sur la politique sportive du blason de Borgo Panigale a redoré la réputation du constructeur transalpin, qui est apparu comme une alternative crédible aux meilleurs pilotes. Les moyens étant là pour convaincre, c’est Jorge Lorenzo qui a décidé de tenter le pari pour une nouvelle ère : celle qui fera de Ducati un prétendant solide pour le titre mondial.

Une ambition qui n’est pas qu’un pronostic ou une vue d’esprit. Mais plutôt un but à atteindre, un objectif contraint, car les troupes du MotoGP sont attendues au tournant. Il va falloir briller et justifier d’un retour sur investissement auprès du taulier Audi. Un nom présent au sein d’un groupe Volkswagen où les programmes sportifs se ferment les uns après les autres suite au coûteux scandale des moteurs diesels truqués. Et non des moindres : Audi stoppe l’Endurance alors que Volkswagen quitte le rallye. Alors vous pensez, le MotoGP…
La gloire a plutôt intérêt à être au rendez-vous !

Une conjoncture que confirme Gigi Dall’Igna avec ces mots : « il nous faudra gagner impérativement le titre. Il ne peut en être autrement, on ne peut rien affirmer d’autre. On a tellement investi et travaillé si dur qu’on ne peut pas se contenter d’être troisième ou quatrième. Le but sera de se battre pour la victoire sur tous les circuits et prendre le titre. Je sais que ça va être difficile, extrêmement compliqué même car à la fin, un seul aura réussi ».

Ducati n’a pas remporté de couronnes depuis 2007 en MotoGP. La succession de Casey Stoner reste ouverte.

Tous les articles sur : Andrea Dovizioso, Jorge Lorenzo